BFMTV

Pompeo assure que Soleimani préparait des attaques contre des ambassades américaines

Mike Pompeo

Mike Pompeo - Zach Gibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Lors d'une conférence de presse, le chef de la diplomatie américaine a répété que Washington avait "des informations précises sur une menace imminente".

Le général iranien Qassem Soleimani, tué dans un raid américain en Irak la semaine dernière, planifiait des attaques contre des ambassades des Etats-Unis, ont affirmé vendredi Donald Trump et le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo

"Une menace imminente" 

Qassem Soleimani prévoyait des attaques "imminentes" contre "des infrastructures américaines, dont des ambassades américaines, des bases militaires, des installations américaines à travers la région", a détaillé Mike Pompeo lors d'une conférence de presse. "Nous avions des informations précises sur une menace imminente", a indiqué le secrétaire d'Etat américain, avant d'ajouter:

"Nous ne savons pas exactement quel jour elles auraient été exécutées, mais c'était très clair, Qassem Soleimani préparait en personne une attaque à grande échelle contre les intérêts américains et ces attaques étaient imminentes", a-t-il justifié devant des journalistes, après avoir détaillé des nouvelles sanctions économiques contre l'Iran. 

"Je peux révéler que je pense que quatre ambassades étaient concernées", a déclaré un peu plus tard Donald Trump, dans un entretien sur Fox News, sans autres précisions.

Vengeance terrible

Chef de la Force Qods, unité d'élite chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution (l'armée idéologique iranienne), Soleimani était l'architecte de la stratégie de l'Iran au Moyen-Orient. Il a été tué vendredi dernier par une frappe de drone américain devant l'aéroport de Bagdad.

Depuis, les principaux dirigeants civils, religieux et militaires iraniens se relaient pour annoncer une vengeance terrible, alors que les appels à la "désescalade" se multiplient dans le monde entier par crainte d'une nouvelle déflagration majeure au Moyen-Orient.

E.P avec AFP