BFMTV

Philippines: un million de personnes évacuées à l'approche du typhon Goni

Le typhon Goni approche des Philippines.

Le typhon Goni approche des Philippines. - Charism SAYAT

Le chef de la Défense civile des Philippines a déclaré ce samedi qu'environ un million de personnes avaient été évacuées en prévision de l'arrivée imminente du typhon Goni sur le pays.

Près d'un million d'habitants ont été évacués samedi aux Philippines, alors que le typhon Goni, le plus puissant de cette année, se dirige vers le pays, les autorités redoutant des vents "destructeurs" et des inondations. Avec ses vents "destructeurs" pouvant atteindre les 205 km/h et des vagues pouvant atteindre 3 mètres sur les côtes, le typhon devrait atteindre l'île de Catanduanes dimanche matin avant de traverser l'île principale du pays, Luzon, ont prévenu les services météorologiques.

Une région de 20 millions d'habitants

Goni arrive une semaine après Molave, qui a touché la même région, faisant 22 morts et inondant une grande région agricole, avant de continuer sa route vers le Vietnam. "Nous nous attendons à des ondes de tempête, et nous surveillons les volcans Mayon et Taal pour d'éventuelles coulées de boue volcanique", a déclaré à la télévision ABS-CBN Mark Timbal, porte-parole de l'agence chargée de la réponse aux catastrophes naturelles.

"Les vents violents et les pluies diluviennes" attendus pourraient provoquer inondations et glissements de terrain en masse dans cette région de 20 millions d'habitants, ont prévenu les services météorologiques.

Le chef de la Défense civile Ricardo Jalad a indiqué que "près d'un million" de personnes avaient quitté leur domicile dans la région de Bicol, qui comprend la partie méridionale de l'île de Luzon et l'île de Catanduanes.

Une évacuation rendue plus difficile par le Covid-19

Les autorités ont envoyé samedi dans les zones à risque des véhicules, du matériel et des équipes de secours en prévision de l'arrivée du typhon. Les établissements scolaires vides depuis le début de l'épidémie de Covid-19 servent de centres d'hébergement d'urgence pour les personnes évacuées, ainsi que les salles de sport et les centres d'évacuation gérés par le gouvernement.

"L'évacuation des populations menacées est rendue encore plus difficile cette année à cause du Covid-19", a expliqué à l'AFP le porte-parole des services de défense civile régionaux, Alexis Naz. Les écoles, fermées à cause du virus, serviront de refuge, mais là où on aurait pu normalement mettre 16 personnes par salle, le nombre sera limité à 5 par salle en raison de la pandémie, a-t-il expliqué.

R.V. avec AFP