BFMTV

Pakistan: 70 morts dans un attentat, un candidat aux élections tué

Les lieux du premier attentat survenu le 10 juillet

Les lieux du premier attentat survenu le 10 juillet - ABDUL MAJEED / AFP

Le pays, qui organise des élections législatives le 25 juillet, voit se multiplier les attentats contre des rassemblements politiques.

Il s'agit du deuxième attentat de la sorte cette semaine. Le ministre de l'Intérieur provincial, Agha Umar Bungalzai, fait état de 128 tués et d'autres blessés, vendredi, dans l'explosion d'une bombe lors d'une réunion électorale au sud-ouest du Pakistan. Il s'est produit à Mastung, à une quarantaine de km de la capitale du Balouchistan, Quetta.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un premier attentat avait fait près de 20 morts au Pakistan, où des élections législatives doivent se dérouler le 25 juillet dans un climat tendu.

Un précédent bilan faisait état de 85 morts, avant d'avoir été fortement revu à la hausse, dans cet attentat qui a été revendiqué par Daesh.

Les candidats aux élections visés

D'après un haut responsable local, l'attentat a visé un rassemblement de l'homme politique Mir Siraj Raisani, qui est décédé. "Il a succombé à ses blessures lors de son transfert vers Quetta", a-t-il dit. Il était candidat à un siège de député provincial sous l'étiquette du parti Baluchistan Awami Party (BAP), avant d'ajouter qu'"apparemment, il s'agit d'un attentat-suicide".

Plus tôt dans la journée, une bombe cachée sur une moto avait explosé près de Bannu (nord-ouest) au passage du convoi d'un autre candidat aux élections, tuant 4 personnes et en blessant une quarantaine d'autres, selon la police. 

La cible a survécu

L'homme politique visé, Akram Khan Durrani, représentant d'une coalition de partis religieux, le MMA, a survécu à l'attaque.

Un attentat-suicide revendiqué par les talibans pakistanaisz avait également visé mardi soir une réunion électorale du Awami National Party (ANP) à Peshawar (nord-ouest), tuant 22 personnes dont l'homme politique local Haroon Bilour, selon un nouveau bilan. 

L.D., avec AFP