BFMTV

Le Pakistan adopte une loi "historique" pour les personnes transgenres

Des activistes transgenres à Karachi lors d'une manifestation le 20 novembre 2017

Des activistes transgenres à Karachi lors d'une manifestation le 20 novembre 2017 - ASIF HASSAN / AFP

Une loi qualifiée de "l'une des plus progressistes du monde" pour les personnes transgenres a été adoptée cette semaine par le Parlement au Pakistan. Les activistes ont eux-mêmes encore du mal à y croire.

Le Parlement d'Islamabad a adopté mardi une loi garantissant les droits fondamentaux des citoyens transgenres et interdisant toutes formes de discrimination à leur égard. Dans ce pays conservateur, le texte, qui avait déjà été approuvé par le Sénat en mars, est qualifié d'"historique" par les activistes.

Intitulée "Transgender Persons (Protection of Rights) Act", la loi accorde aux personnes trans le droit de choisir leur identité de genre et de l'inscrire sur leurs papiers d'identité, passeports et permis de conduire compris. Cette identité pourra être féminine, masculine ou non-binaire. Comme l'explique le site d'information LGBT+ Komitid, cette dernière catégorie fait référence aux "khwaja siras", une expression désignant les personnes intersexuées. À l'instar de la caste des hijras en Inde, les khwaja siras ont un statut particulier au Pakistan et étaient traditionnellement respectés pour les pouvoirs spirituels qui leur sont attribués. Beaucoup gagnent ainsi leur vie en accomplissant des rituels tels que la bénédiction des nouveaux nés, ou en dansant lors de mariages et de fêtes.

La création de refuges

Cette nouvelle législation interdit par ailleurs toute forme de discrimination à l'école, au travail, dans l'espace public ou dans les services publics et indique le droit des transgenres à voter ou à se porter candidat lors d'élections. Elle oblige également le gouvernement à créer des "Protection Centers and Safe Houses", soit des refuges pour permettre à ces personnes de bénéficier, en cas de besoin, de soins médicaux et psychologiques.

Mehlab Jameel, activiste trans et anthropologue, se félicite de cette avancée "historique":

"J'ai appris la nouvelle hier matin et j'étais choquée parce que je n'aurais jamais cru que quelque chose comme ça pourrait arriver au Pakistan de mon vivant. Ce genre d'avancée n'est pas seulement sans précédent pour le Pakistan, c'est aussi l'une des lois les plus progressistes du monde entier", a-t-elle affirmé à NPR.

Un "long combat"

Sur Twitter, elle a néanmoins rappelé le "long combat" des militants transgenres pour arriver à ce résultat:

L'avenir de ce texte attend désormais la ratification du président Mamnoon Hussain, souligne NPR. Pour le moment, la date de prise d'effet de cette loi n'est pas connue. 

Depuis 2015, au moins 57 personnes trans ont été tuées au Pakistan, selon l'ONG Human Rights Watch, quatre depuis le début de l'année.

Maëva Poulet