BFMTV

Australie: un Français soupçonné d'avoir tué une jeune femme avant de lancer "Allahou akbar"

Un Français de 29 ans a été arrêté en Australie après la mort d'une Britannique de 21 ans. Soupçonné de l'avoir poignardé, l'homme aurait crié "Allahou akbar" au moment de son interpellation.

Il vivait dans le pays de manière régulière et ne semble avoir aucun lien avec un réseau terroriste. Un Français de 29 ans a été interpellé mardi en Australie après la mort d'une jeune Britannique poignardée à mort dans une auberge pour routards, les backpackers. Suspecté d'avoir infligé les coups de couteau à la jeune femme, l'homme aurait lancé à deux reprises "Allahou akbar": avant de passer à l'acte puis au moment de son arrestation. Il a été placé en détention dans un hôpital, précise le Quai d'Orsay, à BFMTV.com.

Mardi vers 23h15 heure locale (vers 13h45, heure de Paris) la police a été appelée à l'auberge située dans la commune de Home Hill, une localité australienne rurale dans l'Etat du Queensland au nord du pays, pour une dispute. Sur place, ils découvrent le corps ensanglanté de Mia Ayliffe-Chung, 21 ans. Un autre Britannique de 30 ans est lui retrouvé grièvement blessé. Une troisième personne légèrement touchée. Tous deux ont été hospitalisés à Townsville.

Acte isolé

Rapidement, les enquêteurs interpellent le Français. Arrivé en mars dernier avec un visa temporaire, l'homme aurait crié aux policiers "Allahou akbar" ("Dieu est grand"). D'après les témoins qui ont assisté aux enquêteurs rapportent que le suspect avait déjà lancé ce message juste avant de s'en prendre à ses victimes. "Il y avait au moins 30 personnes qui ont assisté au drame", confirme un policier, arrivé parmi les premiers sur les lieux.

"Les premiers éléments de l'enquête montrent que des propos qui peuvent être interprétés comme extrémistes ont été tenus par le suspect", précise le directeur adjoint de la police de l'Etat du Queensland. Pour le moment, les enquêteurs australiens, dont ceux de la police fédérale, restent prudents quant au caractère terroriste de l'attaque. "Cette personne semble avoir agi seul, a détaillé le commissaire Gollschewski. C'est un touriste et il ne semble avoir aucune connexion locale."

Une Britannique de passage

Le policier précise qu'aucune preuve de radicalisation a été repérée. Interrogé sur des possibles liens avec l'organisation terroriste, Daesh, le commissaire Gollschewski a répondu par un "non" catégorique. "Nous pouvons tout à fait avoir à faire à un acte criminel pur comme un problème de drogue ou mental", insiste l'enquêteur, qui assure qu'aucune menace ne pèse "sur la communauté". L'enquête est d'ailleurs ouverte pour "assassinat". Des vérifications sur le passé de ce suspect sont en cours en France.

La victime, une Britannique, âgée de 21 ans, était serveuse dans une boîte de nuit The Bedroom depuis six mois à Surfers Paradise, à 1.500 kilomètres de là, rapporte The Courier Mail. Selon le personnel de l'auberge, elle réalisait des travaux dans les champs pendant une dizaine de jours à Townsville afin de renouveler son visa. Les employés sous le choc, l'établissement d'accueil des voyageurs a été fermée.

J.C.