BFMTV

Obama: "Nous allons pourchasser l'Etat islamique"

Barack Obama parle à la presse en marge du sommet de l'Otan, à Newport, au Pays-de-Galles, le 5 septembre 2014.

Barack Obama parle à la presse en marge du sommet de l'Otan, à Newport, au Pays-de-Galles, le 5 septembre 2014. - Saul Loeb - AFP

Au cours d'une conférence de presse donnée à l'issue du sommet de l'Otan, ce vendredi, le président américain a affiché une position ferme sur l'Etat islamique.

Obama affiche sa détermination. Le président américain a assuré ce vendredi que l'Etat islamique (EI), responsable d'atrocités en Irak et en Syrie, serait vaincu, se disant confiant qu'une "vaste coalition" internationale serait formée contre l'organisation jihadiste.

"Nous avançons dans la bonne direction"

"Cela ne va pas se faire du jour au lendemain, mais nous avançons dans la bonne direction. Nous allons affaiblir et, in fine, vaincre l'Etat islamique", a assuré Barack Obama lors de sa conférence de presse à l'issue du sommet de l'Otan à Newport (Royaume-Uni).

"Je m'en vais, confiant dans le fait que les alliés de l'Otan et leurs partenaires sont prêts à rejoindre une vaste coalition internationale", a-t-il ajouté, précisant que le secrétaire d'Etat américain John Kerry se rendait dès la fin du sommet au Moyen-Orient pour y associer des pays de la région.

"Nous allons les pourchasser"

Les jihadistes extrêmement violents de l'EI ont pris le contrôle de vastes portions du territoire de l'Irak et de la Syrie, sur lesquels ils ont proclamé un "califat". Ils ont choqué le monde entier en décapitant deux journalistes américains, en perpétrant des enlèvements de civils et en massacrant des centaines de personnes.

"Nous allons les pourchasser tout comme nous le faisons avec ce qui reste d'Al-Qaïda", a dit Barack Obama. "Nous pouvons démanteler cette force qui a pris le contrôle d'un si grand territoire pour qu'ils ne puissent pas nous atteindre", a-t-il affirmé. "Cela sera notre objectif et je suis satisfait de voir qu'il y a une unanimité chez nos amis et alliés sur le fait que c'est un objectif valable et sur le fait qu'ils sont prêts à y travailler avec nous", a-t-il continué.

A.S. avec AFP