BFMTV

Nouvelle-Zélande: la mère d'une victime de terrorisme citée par le tireur condamne les attentats

Les fusillades ont ciblé deux mosquées dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

Les fusillades ont ciblé deux mosquées dans la ville de Christchurch en Nouvelle-Zélande. - Michael Bradley - AFP

"Elle répandait l'attention et l'amour autour d'elle, pas la haine. Je souffre avec les familles touchées. Je condamne toute forme de violence", a-t-elle expliqué.

En marge de l'attaque de deux mosquées vendredi dans la ville néozélandaise de Christchurch qui a fait au moins 49 morts selon le dernier bilan publié, le tireur australien avait, sur les réseaux sociaux, expliqué vouloir venger Ebba Åkerlund.

Cette dernière, âgée de 11 ans, était morte le 7 avril 2017, percutée par un camion de livraison lancé à pleine vitesse dans une rue commerçante de Stockholm par Rakhmat Akilov, un Ouzbek demandeur d'asile débouté.

Ce vendredi, la mère d'Ebba, Jeannette Åkerlund, a expliqué à la télévision publique SVT qu'elle condamnait l'attaque, estimant que cela allait "à l'encontre de tout ce que défendait Ebba."

"Elle répandait l'attention et l'amour autour d'elle, pas la haine. Je souffre avec les familles touchées. Je condamne toute forme de violence", a-t-elle ajouté.

Son nom écrit sur l'une des armes

Le tireur australien arrêté après l'attaque des mosquées en Nouvelle-Zélande a publié au préalable un manifeste raciste sur Twitter dans lequel il écrit agir "pour venger Ebba Åkerlund'.

Il a par ailleurs écrit son nom sur l'une des armes ayant servi au massacre qui a fait au moins 49 morts selon le dernier bilan publié.

La mort de la jeune Ebba avait bouleversé la Suède. Sourire enjoué, cheveux blonds, la fillette avait été fauchée en rentrant de l'école pour rejoindre sa mère dans le centre de Stockholm. Elle venait de lui envoyer un message sur son téléphone pour lui demander d'acheter avec elle une glace sur le chemin de la maison.

Sa tombe, dans un cimetière de la capitale suédoise, est régulièrement profanée par un homme de nationalité étrangère en attente de son procès.

L'auteur de l'attentat de Stockholm au camion-bélier a été condamné à la prison à perpétuité en juin 2018. Avant l'attaque, qui avait fait cinq morts au total, il avait prêté allégeance à Daesh.

Hugo Septier avec AFP