BFMTV

Syrie: l'ONU pointe du doigt le régime et les jihadistes pour leurs crimes

Des Syriens manifestent en Jordanie à l'occasion de l'anniversaire du massacre de Ghouta, où des armes chimiques avaient été utilisées. Le gouvernement syrien est accusé par l'ONU d'avoir à nouveau utilisé ce type d'armes.

Des Syriens manifestent en Jordanie à l'occasion de l'anniversaire du massacre de Ghouta, où des armes chimiques avaient été utilisées. Le gouvernement syrien est accusé par l'ONU d'avoir à nouveau utilisé ce type d'armes. - Khalil Mazraawi - AFP

Les exécutions publiques seraient devenues un "spectacle ordinaire" dans les zones de Syrie contrôlées par l'Etat Islamique, selon un rapport de l'ONU. Le régime aurait, lui, utilisé des armes chimiques en avril.

Des exécutions tous les vendredis dans les zones contrôlées par l'Etat Islamique, et des attaques aux armes chimiques venues de l'armée de Bachar al-Assad: un nouveau rapport de l'ONU sur la situation en Syrie dénonce une situation humanitaire catastrophique.

"Les exécutions dans les lieux publics sont devenues un spectacle ordinaire les vendredis à Raqqa et dans les zones contrôlées par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) dans la province d'Alep", indique la commission d'enquête internationale de l'ONU, soulignant qu'il s'agit de crimes contre l'humanité.

Selon le rapport, la population serait même parfois obligée d'assister à ses exécutions, mises en place pour "instiller la terreur". La majorité des victimes sont des hommes, mais plusieurs garçons âgés entre 15 et 17 ans ont aussi été exécutés sommairement, ainsi que des femmes.

L'armée aurait utilisé des armes au chlore en avril

Mais le gouvernement de Bachar al-Assad n'est pas en reste: l'ONU estime avoir des "motifs raisonnables de croire que les armes chimiques, probablement du chlore, ont été utilisées" huit fois sur une période de dix jours en avril.

Damas s'était engagée en septembre à ne plus utiliser d'armes chimiques, interdites par les conventions internationales. Le 18 août, Barack Obama avait annoncé que le démantèlement du stock d'armes chimiques était achevé.

Joseph Sotinel avec AFP