BFMTV
Moyen-Orient

Selon le procureur général d'Arabie saoudite, le meurtre de Jamal Khashoggi était "prémédité"

Un manifestant lors d'un rassemblement  pour la disparition de Jamal Khashoggi.

Un manifestant lors d'un rassemblement pour la disparition de Jamal Khashoggi. - LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP

Jeudi, le procureur général d'Arabie saoudite a déclaré que le meurtre de Jamal Khashoggi est un acte "prémédité".

Le procureur général d'Arabie saoudite a déclaré jeudi que, sur la base d'informations fournies par la Turquie, les suspects accusés du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi avaient commis un acte "prémédité", selon une déclaration officielle publiée à Ryad.

Les enquêtes se poursuivent, a ajouté le procureur dans ce communiqué.

Jamal Khashoggi, journaliste et opposant saoudien, a été tué le 2 octobre dans l'enceinte du consulat saoudien à Istanbul.

"Rixe" ayant mal tourné

Après avoir nié sa mort, Ryad, sous la pression internationale, avait avancé plusieurs versions évoquant un temps une "rixe" ayant mal tourné puis affirmant que le meurtre avait été commis lors d'une opération "non autorisée" et dont le prince héritier Mohammed ben Salmane, considéré comme l'homme fort du royaume, n'avait pas été informé.

Selon des responsables turcs, Khashoggi a été tué par une équipe d'agents venus de Ryad.

 Au total, 18 suspects, tous Saoudiens, ont été arrêtés en Arabie saoudite et plusieurs responsables des services de renseignement ont été limogés.

Peu après l'annonce du procureur, des médias d'Etat saoudiens ont indiqué que le prince héritier avait présidé jeudi la première réunion d'une commission chargée de restructurer les services de renseignement. 

B.L. avec AFP