BFMTV

AVANT-APRES: l'ampleur des destructions à Gaza

En comparant des photos satellites prises avant et après l'offensive, l'Unosat compte les bâtiments détruits.

En comparant des photos satellites prises avant et après l'offensive, l'Unosat compte les bâtiments détruits. - -

VISUEL INTERACTIF - Comment évaluer les dégâts causés par l'offensive israélienne à Gaza? Un programme de l'ONU, Unosat, fait le compte grâce à des photos satellites. Sur certains quartiers, le montage avant - après est impressionnant.

Depuis un mois que dure l'offensive d'Israël à Gaza, cette trêve de 72 heures débutée ce mardi matin est la première véritable pause dans les combats qui ont fait 1.850 morts côté palestinien, et 64 côté israélien.

Les dégâts matériels sont également importants. Les photos montrent des quartiers dévastés par les bombardements, et des infrastructures importantes, comme l'unique centrale approvisionnant le territoire en électricité, détruites. Israël affirme avoir visé au total 4.760 cibles. Mais comment évaluer précisément et en toute objectivité l'ampleur des destructions? C'est le travail que mène en ce moment Unosat, un programme de l'institut de formation et de recherche de l'ONU (Unitar).

En comparant des photos satellites prises avant et après l'offensive, ils comptent, un par un, les bâtiments détruits. Au cours de ces relevés partiels, ils ont enregistré jusque-là 1.339 bâtiments détruits, et 2.628 bâtiments endommagés.

>> Cliquez sur le bouton et balayez l'image pour comparer

> Atatra

> Beit Hanoun

> Beit Lahiya

> Gaza City

> Nuseirat

(Crédit des images: Airbus Defense and Space - Unosat - Unitar ; montage BFMTV)

Une dizaine d'experts sont actuellement en train d'analyser la totalité de la bande de Gaza zone après zone, et devraient avoir fini d'ici quinze jours. Mais ils ont déjà diffusé une partie de leur travail, portant sur six quartiers, et les photos sur lesquelles ils ont travaillé.

L'Unosat, basé à Genève, existe depuis 2001. Son objectif est de renseigner les autres programmes de l'ONU: "On ne travaille que sur commande, explique Olivier van Damme, chef de programme. Quelle est l'étendue des dégâts pour une reconstruction? Y a-t-il des ponts pour accéder à telle ou telle ville?"

Ainsi, le Haut-Commissariat aux réfugiés, l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture, le Programme alimentaire mondial, la Cour pénale internationale... Toutes les agences ont recours à leurs services. Le résultat est fiable à 80, 85% car tous les relevés sont faits à l'œil, et rien n'est automatisé. Rendez-vous dans quinze jours pour le bilan global.

Olivier Laffargue