BFMTV

Israël retire toutes les nouvelles mesures de sécurité de l'esplanade des Mosquées

Les forces de sécurité israéliennes gardent l'esplanade des mosquées à Jérusalem le 26 juillet 2017

Les forces de sécurité israéliennes gardent l'esplanade des mosquées à Jérusalem le 26 juillet 2017 - AHMAD GHARABLI / AFP

La police israélienne a annoncé avoir retiré dans la nuit de mercredi à jeudi les mesures de sécurité qui étaient restées en vigueur après le retrait, mardi, des détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est.

"La police est revenue aux mesures de sécurité en vigueur avant l'attaque terroriste sur l'esplanade des Mosquées, le 14 juillet", a précisé une porte-parole.

Fin du boycott

Les Palestiniens retourneront prier jeudi à la mosquée Al-Aqsa, sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, a indiqué jeudi un responsable religieux musulman après le retrait par Israël de toutes les mesures de sécurité mises en place mi-juillet aux entrées de ce site sensible.

"Les autorités religieuses musulmanes à Jérusalem appellent les Palestiniens à entrer à Al-Aqsa pour faire la prière de l'après-midi", a déclaré un responsable du Waqf, l'organisme chargé des biens musulmans à Jérusalem, lors d'une conférence presse.

Caméras de surveillance retirées

Des rails et échafaudages récemment montés, où avaient été installés des caméras de surveillance, ont été retirés aux premières heures jeudi par les autorités israéliennes après le retrait des détecteurs de métaux mardi.

L'installation de ces détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées le 16 juillet par Israël, deux jours après une attaque qui avait coûté la vie à deux policiers israéliens près du site religieux, avait engendré des tensions et des violences.

Israël avait justifié ce dispositif par le fait que les assaillants avaient dissimulé des armes sur ce site et en étaient sortis pour mener leur attentat.

Mais les musulmans palestiniens y avaient vu une tentative d'Israël d'affermir son contrôle sur ce site, dont il contrôle les entrées mais qui est géré par la Jordanie.

C.Br. avec AFP