BFMTV

Gaza: l'ONU enquête sur Israël, le Hamas rejette le cessez-le-feu

Des soldats israéliens reviennent de Gaza, le 23 juillet 2014.

Des soldats israéliens reviennent de Gaza, le 23 juillet 2014. - -

Une pause humanitaire est en vigueur mercredi après-midi dans une partie de Gaza où le bilan était d'au moins 650 morts palestiniens au 16e jour de de l'offensive israélienne. De leur côté, la plupart des compagnies aériennes, échaudées par le conflit, ont annulé leurs vols vers Tel-Aviv.

Après les bombes, une pause humanitaire est observée mercredi après-midi à Gaza. A son 16e jour, l'offensive de Tsahal sur ce territoire a fait plus de 650 morts côté palestinien et 31, dont 29 soldats, côté israélien, soit le conflit le plus sanglant entre l'armée israélienne et le Hamas depuis 2009.

Pour la deuxième nuit consécutive, un Palestinien a été tué en Cisjordanie occupée où les manifestations de soutien à Gaza gagnent en ampleur depuis quelques jours, accompagnées de heurts violents.

Des affrontements ont également lieu chaque nuit à Jérusalem-Est annexée, où 295 Palestiniens ont été interpellés ces trois dernières semaines, et dans les villes arabes du nord d'Israël.

Tandis que l'ONU évoque des "crimes de guerre" perpétrés par Israël et des tirs indiscriminés du Hamas contre des populations civiles, le chef de la diplomatie américaine tente d'oeuvrer à une trêve. Parallèlement, des compagnies aériennes échaudées par le conflit, à l'exception notable de British Airways,annulaient leurs vols sur Tel-Aviv.

>> Le point sur la situation mercredi après-midi

> L'ONU lance une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

Le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a lancé mercredi une commission internationale d'urgence pour enquêter sur "toutes les violations" qui auraient été commises dans le cadre de l'offensive israélienne à Gaza. Une résolution en ce sens, déposée par la Palestine, a été adoptée par 29 voix pour, 17, 1 voix contre (les Etats-Unis) et 17 absentions, lors d'une session extraordinaire du Conseil demandée par les pays arabes pour exiger le respect du droit international dans les Territoires palestiniens occupés.

Parmi les 47 Etats membres du Conseil, seuls les Etats-Unis se sont opposés à la résolution palestinienne. Le représentant américain auprès du Conseil, Keith Harper, a souligné que "nous travaillons intensément pour garantir une cessation immédiate des hostilités mais cette résolution ne va pas nous aider". Tous les pays européens présents au Conseil, dont la France, l'Allemagne et le Royaume-Unis, se sont en revanche abstenus. Tout comme le Japon.

Un peu plus tôt, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, avait appelé à une enquête sur de possibles crimes de guerre commis par Israël à Gaza, et avait dénoncé aussi les attaques aveugles menées par le Hamas contre des zones civiles.

> Une pause des combats dans certaines zones pour évacuer les blessés

Le Comité international de la Croix rouge (CICR) a annoncé mercredi qu'une suspension des combats dans deux zones dévastées de la bande de Gaza était en vigueur pour permettre le passage de convois humanitaires.

Malgré cet arrêt partiel des combats, cinq Palestiniens sont morts, frappés par une frappe au nord de Gaza, a-t-on appris vers 16h15.

Cette pause des hostilités entre le mouvement islamiste Hamas et l'armée israélienne doit permettre notamment l'évacuation de blessés de Chajaya, banlieue à l'est de la ville de Gaza, et Khouzaa, dans le sud de l'enclave, selon Cécilia Goin, porte-parole du CICR.

"Un convoi de sept ambulances et de deux voitures de la Croix-Rouge est entré dans Chajaya pour évacuer des blessés", a précisé Mme Goin.

Selon le compte Twitter du CICR, une troisième zone était concernée par la pause des combats, dans le nord de la bande de Gaza, à Beit Hanoun, non loin de la frontière israélienne.

A third team is entering #BeitHanoun in NE #Gaza to evacuate people from an area affected by hostilities this morning
— ICRC in Israel & OT (@ICRC_ilot) July 23, 2014

> L'optimisme prudent de Kerry et Ban

"Nous avons certainement fait quelques pas, mais il reste du travail", a déclaré le secrétraire d'Etat américain John Kerry, lors d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon.

• Une rencontre avec les deux parties au conflit. John Kerry doit encore rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah (Cisjordanie) puis le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou au ministère de la Défense à Tel-Aviv.

Ban Ki-moon a aussi exprimé un peu d'optimisme: "Nous unissons nos forces pour obtenir un cessez-le-feu aussi vite que possible", a-t-il dit, "nous n'avons plus de temps à perdre, ni pour attendre".

• Le Hamas refuse un cessez-le-feu avant la levée du blocus israélien. "Nous rejetons aujourd'hui et nous rejetterons à l'avenir" la proposition d'un cessez-le-feu préalable à des négociations sur les revendications du Hamas, dont la levée du blocus, a déclaré le leader du mouvement Khaled Mechaal lors d'une conférence de presse à Doha, au Qatar.

> Moins de roquettes

L'armée israélienne, qui enregistre les pertes les plus lourdes depuis la guerre contre le Hezbollah libanais de 2006, se targue, elle, de réussir son opération, en particulier à Chajaya, une banlieue est de la ville de Gaza, dont le pilonnage a fait plus de 70 morts.

• Tsahal reprendrait le contrôle. "Au cours des dernières 24 heures les choses sont plus sous contrôle", a indiqué Peter Lerner, porte-parole de l'armée, tout en soulignant que "les combats continuent" dans ce quartier qu'Israël considère comme l'une des bases du Hamas.

Il a aussi confirmé que les tirs de roquettes du mouvement islamiste vers Israël avaient diminué d'intensité, sans vouloir dire si l'objectif de faire cesser ces lancements était à portée de main.

• 15 roquettes ont trompé le "dôme de fer" israélien. Depuis le début des hostilités, quelque 1.700 impacts de roquettes ont été comptabilisés, et environ 420 autres projectiles détruits en vol. Quinze roquettes ont frappé Israël mercredi et un tir de mortier a tué un ressortissant étranger non-identifié.

> 28 tunnels en cours de destruction

Selon Peter Lerner, l'armée a aussi mis au jour 28 tunnels, avec 60 entrées. Leur destruction est un des objectifs stratégiques d'Israël qui craint que le réseau souterrain du Hamas ne serve à lancer des attaques contre des civils.

Ces objectifs sont quasi-identiques à ceux des quatre conflits précédents entre Israël et le Hamas. Dès lors, les bombardements continuaient à Gaza, malgré le lourd bilan de l'opération israélienne. Cinq Palestiniens dont deux enfants ont encore été tués dans une localité proche de Khan Younès (sud).

Selon l'ONU la majorité des victimes sont des civils.

> La plupart des vols annulés

Quelles compagnies suspendent leurs vols vers Tel Aviv? C'est la question que doit se poser tout voyageur mercredi alors que de nombreuses compagnies dont Air France ont annulé leur vol vers Israël, arpès qu'une roquette s'est écrasée à quelques kilomètres de l'aéroport Ben Gourion.

• Quelque 80 vols ont été annulés depuis mardi soir. Israël a souligné avoir mis en oeuvre "tous les moyens pour protéger le ciel israélien", selon l'autorité aéroportuaire civile.

• Un aérodrome ouvert en renfort. L'ouverture d'un aérodrome dans le sud israélien a été ordonné et la compagnie aérienne El Al a annoncé accroître son nombre de vols pour permettre aux Israéliens coincés à l'étranger de rentrer.

|||L'ESSENTIEL

• Une pause humanitaire partielle est en vigueur mercredi après-midi à Gaza où l'on compte au moins 650 morts palestiniens depuis le début de l'offensive

• John Kerry doit rencontrer Mahmoud Abbas et Benyamin Netanyahou tandis que l'ONU dénonce de "possibles crimes de guerre"

• Plusieurs compagnies aériennes ont suspendu leurs vols vers Tel Aviv, à l'exception notable de Brititsh Airways

D. N. avec AFP