BFMTV

Accord de réconciliation entre palestiniens: Israël prépare des sanctions

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Jérusalem le 10 mars 2013.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à Jérusalem le 10 mars 2013. - -

Plusieurs ministres se sont réunis pour préparer une riposte au lendemain d'une rencontre entre le Hamas et l'OLP. Un accord que les Israéliens jugent "très grave", en plein processus de paix.

L'accord de réconciliation entre le Hamas et l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP) a déclenché la colère de l'Etat hébreu. Israël s'apprêtait jeudi à imposer des sanctions contre les Palestiniens, sans pour autant décréter officiellement la fin des négociations de paix.

Le cabinet de sécurité, qui comporte les plus importants ministres, était réuni jeudi matin pour des "discussions urgentes" portant sur une série de mesures de rétorsion, a indiqué la radio publique.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, de son côté, devait commencer ses consultations pour former un gouvernement de "consensus national", qu'il dirigera, et qui sera composé de personnalités indépendantes.

Israël ne met pas fin aux pourparlers

Peu avant la réunion du cabinet, l'entourage du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié l'accord interpalestinien de "très grave". "La direction palestinienne, en se liant au [mouvement islamiste] Hamas, tourne le dos à la paix", a affirmé un responsable gouvernemental.

Les ambassadeurs israéliens ont reçu comme consigne d'expliquer à leurs interlocuteurs que "Mahmoud Abbas a noué une alliance avec le Hamas, une organisation dont le programme appelle à tuer les Juifs". Le Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans la bande de Gaza, est considéré comme une "organisation terroriste" par les Etats-Unis et par l'Union européenne.

Selon un proche de Benjamin Netanyahu, le député Tzachi Hanegbi, Israël n'a toutefois pas l'intention de mettre fin aux pourparlers de paix relancés en juillet 2013 sous l'égide des Etats-Unis, négociations censées s'achever le 29 avril et qui pour le moment sont bloquées.

Mahmoud Abbas a répondu aux accusations israéliennes en assurant que les négociations avec Israël et la réconciliation palestinienne n'étaient pas incompatibles, réitérant l'engagement des Palestiniens en faveur de la paix, sur la base du droit international.

A. D. avec AFP