BFMTV

Nucléaire iranien: les négociations continueront jusqu'en juin 2015

Les représentants des "5+1" et de l'Iran se réuniront à nouveau en décembre.

Les représentants des "5+1" et de l'Iran se réuniront à nouveau en décembre. - Joe Klamar - AFP

Réunis depuis mardi dernier, les ministres des affaires étrangères des grandes puissances n'ont pas réussi à trouver un accord avec le gouvernement iranien sur sa production d'uranium. Les sanctions sont donc maintenues jusqu'en juin 2015.

La question du nucléaire iranien restera en suspens sept mois de plus. Les grandes puissances et l'Iran n'ont pas réussi à trouver un accord complet lundi sur le programme nucléaire de Téhéran, et se sont donné jusqu'au 30 juin 2015 pour continuer de négocier, a annoncé lundi le ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond.

"Il n'a pas été possible d'obtenir un accord à la date limite" de lundi soir, a reconnu le ministre devant des journalistes, même s'il estime que les négociateurs ont fait "des progrès importants" depuis le début des négociations, mardi dernier. Son homologue russe Sergueï Lavrov a pour sa part parlé de "progrès substantiels". 

Nouvelle échéance le 30 juin 2015

"Nous avons en conséquence prolongé (les négociations) jusqu'au 30 juin 2015", a-t-il annoncé. Auparavant, un diplomate occidental et une source iranienne avaient confié que les tractations se poursuivraient jusqu'au "1er juillet 2015".

L'objectif des "5+1" (les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, la France et le Royaume-Uni, auxquels s'ajoute et Allemagne) est de réduire les capacités iraniennes d'enrichissement de l'uranium; Téhéran, de son côté, voudrait faire lever les sanctions qui pèsent sur l'économie iranienne depuis 2007.

C'est en fait un accord intérimaire, signé à Genève le 24 novembre 2013 entre l'Iran et le groupe "5+1" , expirant ce lundi, qui sera prolongé de sept mois, ont expliqué ces sources. Les sanctions contre l'Iran sont maintenues, mais allégées de 700 millions d'euros par mois.

Un calendrier serré

Désormais, l'objectif est d'établir "un accord de principe" du futur accord dans les trois prochains mois, a estimé le ministre britannique, alors que son homologue russe évoque des "principes de base" dans trois à quatre mois. Déjà, le calendrier promet d'être serré dans les ois à venir. "Les négociations vont se poursuivre au cours des prochaines semaines pour permettre de parvenir à un accord", selon une source iranienne proche de la délégation à Vienne.

Les discussions reprendront ainsi en décembre, dans un lieu qui n'a pas encore été décidé. Outre la pression du temps, les négociateurs devront aussi faire avec la nouvelle majorité républicaine aux Etats-Unis, qui voudrait durcir la position américaine vis-à-vis de Téhéran.

J.S avec agences