BFMTV

INFOGRAPHIE - Bousculade meurtrière à La Mecque: que s'est-il passé?

Les pèlerins convergeant vers le lieu des rituels, dans les rues de Mina, le 24 septembre.

Les pèlerins convergeant vers le lieu des rituels, dans les rues de Mina, le 24 septembre. - Mohammed al-Shaikh - AFP

Au lendemain de la bousculade meurtrière qui a fait plus de 700 morts lors du pèlerinage à La Mecque, les autorités saoudiennes ont livré de premières explications sur la cause de l'accident. Le drame aurait été provoqué par le télescopage de deux mouvements de foule contraires, sur la route vers l'un des lieux du rituel. Un accident qui pose aussi la question des conditions de sécurité qui entourent le hajj.

Comment un tel drame a-t-il pu se produire? Au lendemain de la tragique et gigantesque bousculade qui a coûté la vie à plus de 700 fidèles, jeudi, au dernier jour du pèlerinage à La Mecque, de premières explications sur les circonstances de l'accident, lié à des mouvements de foule, ont émergé. Survenu à Mina, près de la ville sainte, cette tragédie est l'une des plus meurtrières qu'ait connu le pèlerinage, effectué cette année par deux millions de musulmans. Que s'est-il passé sur place? Quelles mesures de sécurité entourent le hajj? BFMTV.com fait le point. 

> A quel moment s'est produit le drame? 

La bousculade, qui coïncide avec l'Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice, est survenue jeudi, au dernier jour du hajj. Elle s'est produite aux alentours de 9 heures du matin, à proximité d'un des sites du pèlerinage, dans la ville de Mina, lors du rituel de la lapidation de Satan qui consiste, pour les pèlerins, à jeter des cailloux vers trois stèles le représentant.

> Que s'est-il passé?

Selon un officiel saoudien, un choc entre une marée humaine quittant l'une des stèles et une autre foule venant en sens inverse a provoqué le drame. Le New York Times explique dans le détail que la collision entre les deux groupes s'est produite à l'intersection des deux plus petites rues menant au lieu du rituel, situé à 500 mètres de là.

Plusieurs images capturées à Mina, ainsi qu'une vidéo postée sur Twitter par une journaliste d'Al-Jazeera, visible ci-dessous, montrent que des milliers de pèlerins s'engouffrent dans toutes les rues de la ville, pour converger vers leur destination, le pont de Jamarat, construit au-dessus du site des stèles. L'endroit est en effet un immense entrelacs de passages piétonniers, étendus sur un kilomètre de long, et censés canaliser la foule. Autour des rues, les 160.000 tentes mises à disposition des pèlerins. Cette infrastructure, qui date de la fin des années 2000, a une capacité de 300.000 personnes.

-
- ©

Selon le porte-parole du ministère saoudien de l'Intérieur, Mansour Turki, "la grande chaleur et l'état de fatigue des pèlerins contribué au nombre important des victimes". Actuellement, à la Mecque, les températures dépassent les 40 degrés en journée. 

> Quelles mesures de sécurité entourent le hajj?

Le roi Salmane, qui a reçu en soirée, jeudi, les responsables du hajj, a dit attendre "au plus tôt" les résultats de l'enquête, ajoutant avoir ordonné "une révision des plans" d'organisation du pèlerinage pour que les fidèles "accomplissent leurs rituels en toute sécurité".

L’Arabie Saoudite a déjà dépensé sans compter pour moderniser et sécuriser les lieux de pèlerinage. Face aux nombreux accidents meurtriers qui ont déjà endeuillé le pèlerinage par le passé, d'importants travaux ont été réalisés ces dernières années, pour fluidifier et faciliter les mouvements des fidèles.

Plus d’un milliard d’euros a ainsi été investi pour le pont de Jamarat, dont l'objectif est de multiplier les points d'entrée et de sortie vers le site du rituel de lapidation. Par ailleurs, 100.000 policiers ont été mobilisés pour cette édition 2015 du pèlerinage. 

Adrienne Sigel et Olivier Laffargue