BFMTV

Des hommes posent en jupe sur Twitter, en soutien à l'étudiante turque assassinée

En Azerbaïdjan, les hommes se sont mobilisés sur les réseaux sociaux, en soutien à l'étudiante turque sauvagement assassinée la semaine dernière.

En Azerbaïdjan, les hommes se sont mobilisés sur les réseaux sociaux, en soutien à l'étudiante turque sauvagement assassinée la semaine dernière. - Capture d'écran Twitter

Ils se mobilisent dans la rue et sur les réseaux sociaux: depuis mercredi, des hommes posent en jupe sur Twitter, en soutien à Özgecan Aslan, cette étudiante turque violée, assassinée et brûlée par trois hommes.

Les gestes de soutien à Özgecan Aslan se multiplient. Alors que des hommes ont manifesté en jupe, samedi, à Istanbul, en soutien à cette étudiante turque de 20 ans violée, tuée et brûlée par trois hommes la semaine dernière, d'autres se sont mobilisés sur Internet.

"En mini-jupe pour Özgecan"

Ainsi, en Azerbaïdjan, pays proche de la Turquie, de nombreux hommes ont posté des photos d'eux en jupe sur les réseaux sociaux, en signe de soutien à Özgecan Aslan, rapporte le Telegraph. Dans leurs mains, une pancarte affichant le hashtag #ozgecanicinminietekgiy signifiant "une mini-jupe pour Özgecan". 

Lancé mercredi, ce hashtag avait déjà été utilisé plus de 1.500 fois samedi, selon la BBC, aussi bien par des hommes que par des femmes. "Si une minijupe est la cause de tout, si porter une minijupe est synonyme d'immoralité, si une femme qui porte une minijupe est responsable de ce qui peut lui arriver, alors nous sommes aussi responsables!", affiche comme mot d'ordre cette campagne de soutien. 

Manifestations en Turquie

Samedi, à Istanbul, un groupe d'hommes a manifesté en jupe pour dénoncer les violences sexistes et dénoncer le meurtre brutal de la jeune étudiante. Le meurtre d'Özgecan, 20 ans, qui aurait tenté de se défendre avec une bombe au poivre avant d'être violée, assassinée et brûlée par trois hommes, dont le chauffeur du minibus qui la ramenait de l'université à son domicile, a provoqué une vague d'indignation sans précédent dans le pays, et des dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les grandes villes de Turquie contre les violences faites aux femmes.

Adrienne Sigel