BFMTV

Arabie saoudite: attaques de drones contre des installations pétrolières

Deux stations de pompage ont été visées par des drones armés en Arabie Saoudite (illustration).

Deux stations de pompage ont été visées par des drones armés en Arabie Saoudite (illustration). - AFP

Un oléoduc majeur du pays a été affecté par cette attaque survenue mardi. Depuis dimanche, les tensions s'intensifient entre les pays du Golfe.

Nouveau regain de tension dans le Golfe après une attaque contre des installations pétrolières mardi. Deux stations de pompage ont été visées par des drones armés près de la capitale saoudienne Ryad, ce qui a forcé le géant pétrolier Aramco à cesser ses opérations sur un oléoduc majeur. 

Dans une déclaration relayée par l'agence officielle saoudienne Spa, le ministre de l'Energie, Khalid al-Falih a indiqué que deux stations de pompage avaient été visées le matin par des "drones armés", ce qui a provoqué un "incendie" et des "dégâts mineurs" à une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé.

La compagnie Aramco "a pris des mesures temporaires et a interrompu temporairement les opérations sur l'oléoduc" Est-Ouest qui relie la Province orientale, une région saoudienne riche en pétrole, à la mer Rouge, a précisé le ministre de l'Energie. Néanmoins, il a assuré que "les approvisionnements et les exportations de brut et de produits pétroliers (saoudiens) fonctionnent normalement sans interruption".

Tensions avec les rebelles au Yémen

Par ailleurs, le ministre a condamné l'attaque, soulignant que "les derniers actes de terrorisme et de sabotage dans le Golfe (...) visent non seulement le royaume (saoudien), mais aussi la sécurité des approvisionnements pétroliers dans le monde et l'économie mondiale".

"Ces attaques prouvent une fois de plus qu'il est important pour nous de faire face aux entités terroristes, y compris les miliciens Houthis au Yémen qui sont soutenues par l'Iran", a-t-il affirmé, alors que l'Arabie saoudite intervient militairement depuis 2015 dans ce conflit pour aider le pouvoir face à ces rebelles.

Plus tôt, la chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles au Yémen voisin, avait fait état d'une "opération militaire majeure" contre des cibles saoudiennes avec "l'utilisation de sept drones" contre des "installations vitales" saoudiennes.

Des navires visés par des sabotages

Cette attaque intervient deux jours après des "actes de sabotage" mystérieux commis sur quatre navires dans le Golfe, dont deux pétroliers saoudiens, selon les autorités des Emirats arabes unis, pays allié de Ryad. 

"Ces incidents dans la mer d'Oman sont préoccupants et regrettables", avait déclaré Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Téhéran, en Iran, en appelant à une investigation et en mettant en garde contre "l'aventurisme (d'acteurs) étrangers" pour perturber la navigation maritime.

Le cours du pétrole grimpe

Le ministère saoudien des Affaires étrangères avait pour sa part "condamné" cet "acte criminel" qui constitue une "sérieuse menace" à la navigation maritime et a "une incidence néfaste sur la paix et la sécurité régionale et internationales". 

Conséquence de ces actes, les cours du pétrole étaient monté lundi, pour atteindre 72,15 dollars le baril à Londres, en hausse de 1,53 dollar.

Avec "la montée des tensions dans la région, alors que les Etats-Unis s'efforcent de réduire les exportations iraniennes de brut à zéro et de peser sur leur économie, il y a un vrai risque pour le marché pétrolier", a prévenu Craig Erlam, analyste chez Oanda.
Benjamin Rieth avec AFP