BFMTV

Abdul, le syrien vendeur de stylos, a ouvert un restaurant et emploie des réfugiés

Près de 175.000 euros ont été récolté pour le réfugié

Près de 175.000 euros ont été récolté pour le réfugié - -

Le réfugié syrien qui vendait des stylos sur les routes de Beyrouth a bénéficié d'une campagne de crowdfunding. Grâce à l'argent récolté, il a ouvert deux restaurants et emploie désormais d'autres réfugiés.

La photo d’Abdul portant sur son épaule sa fille, Reem, avait ému le web en 2015. On y voyait le réfugié syrien de 33 ans, au beau milieu du trafic de Beyrouth, vendre des stylos, avec sa fille endormie dans ses bras.

La scène, immortalisée par un internaute libanais, avait été postée sur Twitter en août dernier. Puis un homme, Gissur Simonarson l’avait reconnu et lancé une campagne de crowdfunding pour venir en aide à ce père célibataire de deux enfants.

A son tour, Abdul aide des réfugiés syriens

L’opération est rapidement un succès et près de 175.000 euros sont récoltés pour Abdul et sa famille. Avec cet argent, le réfugié syrien a ouvert deux restaurants dans la capitale libanaise et emploie aujourd’hui 24 réfugiés, rapporte CNN. Il envoie aussi de l’argent à des proches restés au camp de Yamourk, en Syrie, qui eux aussi ont ouvert de petites entreprises pour aider leur communauté. Sur CNN, Abdul explique que cette photo l’a d’abord interpellé sur son propre sort.

"C’était déprimant. On n’était pas comme ça en Syrie (…) Comment je pouvais faire ça dans la rue avec ma fille? Plutôt que de l’envoyer à l’école pour qu’elle apprenne et ait une bonne éducation. Je me suis senti déchiré à l’intérieur quand j’ai vu cette photo".

Aujourd'hui installé décemment à Beyrouth et chef d'entreprise, Abdul est "très reconnaissant envers ceux qui ont fait cette campagne, mes enfants sont scolarisés et nous avons une maison soignée et propre". 

Mélanie Longuet