BFMTV

  Macédoine: accueil de 2.000 migrants au maximum

BFMTV

La Macédoine peut accueillir un maximum de 2.000 migrants, a déclaré son président Gjorgje Ivanov, réagissant à l'annonce, par l'Union européenne de la création de 100.000 places d'accueil pour les réfugiés en Grèce et dans les Balkans afin de juguler la crise migratoire.

"La capacité d'accueil de la Macédoine est de 2.000 réfugiés au maximum et avec l'aide du HCR et de la Croix rouge", a déclaré Gjorgje Ivanov à Bruxelles à la presse macédonienne, qui rapportait lundi ses propos. Les chefs d'État ou de gouvernement de dix États membres (Allemagne, Autriche, Bulgarie, Croatie, Grèce, Hongrie, Luxembourg, Pays-Bas, Roumanie et Slovénie) mais aussi de trois pays n'appartenant pas à l'Union: Albanie, Macédoine et Serbie s'étaient réunis dimanche à Bruxelles pour examiner les moyens de juguler la crise migratoire sans précédent qui secoue l'Europe.

Sur les 100.000 places d'accueil, la Grèce a accepté de créer, avec l'aide du Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), 30.000 places d'accueil d'ici à la fin de l'année. Dans un deuxième temps, 20.000 places seront créées dans des familles d'accueil et des logements en location subventionnés par le HCR. Les 50.000 places restantes seront installées le long de la route des Balkans en coordination avec l'ONU.

La Macédoine "ne peut être qu'un pays de transit, elle n'a pas la capacité d'accueillir un grand nombre de réfugiés sur son territoire en cas de fermeture des corridors" empruntés par les migrants pour rejoindre l'Europe occidentale, a précisé Gjorgje Ivanov.

"Nous sommes coopératifs, mais en tant que pays de transit, pas en tant que pays où les migrants séjourneraient à long terme. Nous espérons que les frontières ne seront pas fermées", a ajouté le président macédonien. Gjorgje Ivanov s'est, par ailleurs, prononcé en faveur d'"un échange d'informations" efficace entre son pays et la Grèce voisine afin de mieux gérer la crise migratoire.

Ce dimanche, dans une déclaration commune, les participants se sont engagés à mettre en oeuvre dès lundi 17 mesures pour "restaurer l'ordre" aux frontières de l'Union européenne et "ralentir le flux incontrôlé de personnes". Parmi celles-ci, figurent l'envoi de 400 policiers pour assister la Slovénie, débordée, l'enregistrement plus systématique des migrants aux frontières extérieures et des échanges quotidiens d'informations entre pays voisins.

la rédaction avec AFP