BFMTV

Les rebelles blâment le régime syrien et l'Iran pour l'absence "de progrès tangible"

-

- - Un soldat syrien le 12 novembre 2016 à Houwayqa près de Deir Ezzor - Ayham al-Mohammad, AFP

Pour Mohammad Allouche, le chef de la délégation rebelle présente à la conférence de paix d'Astana, le régime syrien et l'Iran sont les responsables de l'absence de progrès dans les négociations entamée au Kazakhstan lundi.

Le régime syrien et l'Iran sont responsables de l'absence de "progrès tangible" dans les négociations pour un règlement du conflit syrien, a déclaré à l'AFP Mohammad Allouche, le chef de la délégation rebelle à Astana.

"Jusqu'à présent, il n'y a eu aucun progrès tangible dans les négociations en raison de l'intransigeance de l'Iran et du régime" syrien, a accusé M. Allouche au terme des deux jours de négociations de paix d'Astana, au Kazakhstan.

Il s'est félicité d'avoir pu exposer "directement" aux Russes, lors de ces négociations, le point de vue des rebelles armés sur le règlement du conflit syrien. "Nous avons confirmé la volonté des rebelles de mettre fin à l'effusion du sang en Syrie et leurs efforts visant à trouver une solution", a précisé Mohammad Allouche.

"Que des promesses"

Les rebelles ont également soumis "un document, qui doit être examiné par les Russes et l'ONU, sur la mise en place des mécanismes visant à renforcer le cessez-le-feu", selon la même source. "S'il est approuvé, ce sera un très bon résultat en vue du renforcement du cessez-le-feu", a estimé Mohammad Allouche.

Il a toutefois appelé la Russie à s'engager davantage dans le règlement du conflit syrien. "Pour l'heure, ce n'étaient que des promesses. Nous nous attendons à ce que le rôle (de la Russie, ndlr) devienne vraiment positif", a-t-il ajouté.

Lundi, les rebelles avaient choisi de ne pas rencontrer en face-à-face la délégation envoyée par Bachar al-Assad. 

G.D. avec AFP