BFMTV

Le Vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel adresse un doit d'honneur à des militants nationalistes

Sigmar Gabriel adresse un doigt d'honneur aux militants qui lui font face le 12 août 2016.

Sigmar Gabriel adresse un doigt d'honneur aux militants qui lui font face le 12 août 2016. - Capture d'écran YouTube.

Des militants d'extrême-droite s'en sont pris verbalement au Vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel évoquant notamment le passé nazi de son père. Celui-ci leur a répondu par un geste lapidaire.

Une vidéo agite la toile et la politique allemandes ce 17 août. Tirée d’un déplacement de Sigmar Gabriel, patron du Parti social-démocrate (SPD), Vice-chancelier et ministre de l’Economie du pays, on l'y voit faire un doigt d’honneur à des militants d’extrême-droite allemand. Frauke Petry, qui dirige le parti de droite radicale Alternative pour l’Allemagne, vient de dénoncer ce qui est selon elle "un comportement puéril et indigne d’un chancelier".

"Traître à la nation" pour l'extrême-droite

Si la vidéo ne provoque un tollé qu’aujourd’hui, la scène date pourtant du 12 août. Ce jour-là, Sigmar Gabriel se rend à Niedersachsen (en Basse-Saxe, nord-ouest de l’Allemagne). C’est là que des nationalistes ont décidé de lui préparer un comité d’accueil. Sur les banderoles qu’on les voit déployer sur la vidéo, on peut lire "volksverräter" soit "traître à la nation". Les slogans qu’ils lancent au visage de l’homme politique sont sur le même ton. "Traître au peuple! Mec, ton père a aimé son pays. Et toi, qu’est-ce que tu fais? Tu le détruis".

C’est alors que le Vice-chancelier adresse un rapide doigt d’honneur à ses détracteurs avant de se détourner d’un air las. La vidéo a depuis été reprise par des internautes d’extrême-droite comme par les milieux antifascistes. Les responsables du Parti social-démocrate n’ont pas cherché à évacuer le sujet et ont confirmé la véracité de la vidéo.

Un passé familial déjà connue

La référence au père de Sigmar Gabriel n’a pas de quoi étonner en Allemagne. Il faut dire que c’est Sigmar Gabriel qui avait tenu à révéler lui-même la personnalité de son père, Walter, lors d’un entretien accordé en 2013 à Die Zeit et relayé à l’époque par Le Figaro.

Si Walter Gabriel n’a pas pu participer activement et militairement aux guerres nazies, il n’a jamais renié ses sympathies à l’égard de la doctrine d’Adolf Hitler. Sigmar Gabriel dit avoir, un jour, vu de nombreux livres issus de cette mouvance dans la bibliothèque de son père comme l’ouvrage négationniste Le mythe d’Auschwitz.

R.V