BFMTV

Le "Trumpcare" pourrait empêcher les victimes de viol de bénéficier d'une assurance maladie

Le Congrès américain.

Le Congrès américain. - AFP

Donald Trump a engrangé un succès jeudi au Congrès, avec l'adoption de justesse d'un texte de remplacement de la loi emblématique de Barack Obama sur la santé. La nouvelle loi rétablit l'idée de "maladies préexistantes", qui peuvent justifier qu'un assureur refuse de couvrir quelqu'un. Parmi ses "maladies", le fait d'avoir été violé(e).

Un amendement discriminant? La réforme sur la santé, décidée par Donald Trump, privera de nombreux Américains d'assurance maladie. Le vote final, qui s'est décidé jeudi, illustre l'aspect controversé du texte actuel: 217 voix contre 213. Les 193 démocrates ont voté non, tandis 20 républicains ont fait défection. 

Dans le détail, le "Trumpcare", qui a vocation à remplacer "l'Obamacare", pourra priver, entre autres, les victimes de viol d'assurance maladie. En effet, l'Obamacare interdisait aux assureurs de refuser de couvrir quelqu'un atteint d'une "maladie préexistante" ("preexisting conditions", ndlr), explique le New York Magazine. Or, la nouvelle réforme de loi voulue par le président américain est en passe d'abroger ce point: les Etats pourront ainsi discriminer certains patients, en fonction de leur dossier médical. 

Parmi les "maladies préexistantes" figurent le viol, la dépression, le stress post-traumatiques, les césariennes, ainsi que les violences conjugales. Les assureurs pourront également refuser de couvrir les frais de consultations gynécologiques ou encore les mammographies. 

Les assureurs, inquiets par le traitement contre le VIH

En 2010, avant l'adoption de l'Obamacare, Christina Turner avait déjà pu expérimenter ce processus: après avoir été droguée à son insu par deux hommes, cette Américaine de 45 ans avait également été violée, rapporte le Huffington Post. Afin de prendre ses précautions, elle avait consulté son médecin qui lui avait prescrit un traitement contre le VIH. Quelques mois plus tard, celle-ci n'était plus couverte par son assurance maladie.

Lors de ses nombreuses recherches pour en retrouver une nouvelle, Christina Turner a rencontré de nombreuses difficultés. Les assureurs, frileux, lui ont en effet expliqué qu'il était trop compliqué de la couvrir en raison de ce traitement contre le VIH. L'Obamacare, promulgué le 30 mars 2010, avait pu mettre un terme à ces discriminations. 

14 millions d'Américains pourraient ne plus être assurés

Un rapport initial du bureau du budget du Congrès avait estimé que la réforme républicaine conduirait 14 millions d'Américains à ne plus être assurés dès 2018, effaçant la majeure partie des gains réalisés sous Obamacare. Le débat se déplace désormais à la chambre haute du Congrès, le Sénat, où la loi est considérée comme inacceptable en l'état, y compris par plusieurs sénateurs républicains.

Dans un tweet daté du 30 avril 2017, Donald Trump annonçait qu'il "s'occuperait" de la question des maladies préexistantes. 

Alexandra Milhat