BFMTV

Le Mexique rejette "les discours de haine" et le concept de "suprématie blanche", après la tuerie d'El Paso

Hommage aux victimes de la fusillade d'El Paso

Hommage aux victimes de la fusillade d'El Paso - MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

"Les discours de haine n'ont pas leur place dans nos sociétés", peut-on lire dans une note diplomatique du Mexique transmise aux États-Unis ce jeudi, après la fusillade meurtrière à El Paso samedi.

Le Mexique a transmis aux États-Unis une note diplomatique diffusée mercredi exprimant son rejet des "discours de haine" et du concept de "suprématie blanche" après la fusillade meurtrière survenue samedi à El Paso, où un tireur a abattu 22 personnes, dont huit Mexicains.

Le Mexique demande dans ce document envoyé à l'ambassade américaine un meilleur partage d'informations sur les "individus" ou "les organisations potentielles prônant la 'suprématie blanche' qui pourraient mettre en danger" les citoyens mexicains.

"Des clivages dangereux et de la violence"

"Les discours de haine n'ont pas leur place dans nos sociétés. Le concept de 'suprématie blanche' (...) va à l'encontre d'une cohabitation pacifique (...). Ces idées n'entraînent que des clivages dangereux et de la violence," ajoute le document.

Depuis la fusillade survenue samedi dans un supermarché d'El Paso, au Texas, Donald Trump, qui évoque régulièrement une "invasion" des États-Unis par les migrants d'Amérique centrale, est pointé du doigt par ses adversaires, notamment parce que le tireur a dénoncé une "invasion hispanique" dans un manifeste mis en ligne avant son passage à l'acte.

La diplomatie mexicaine ne fait pas référence de manière directe dans sa note aux propos controversés du président américain sur les migrants et elle émet le voeu que la condamnation de la tuerie d'El Paso par Donald Trump se traduira par des faits concrets.

Alexandra Jaegy avec AFP