BFMTV

La correspondance entre George Bush père et un petit garçon philippin qu'il parrainait dévoilée

La photo de Timothy au milieu de la correspondance.

La photo de Timothy au milieu de la correspondance. - AFP PHOTO / COMPASSION INTERNATIONAL/Hand-Out

A travers la publication, révélée dans la presse américaine mercredi, de sa correspondance, il apparaît, quelques semaines après sa mort, que l'ancien président des Etats-Unis George Bush père a parrainé et épaulé un petit garçon philippin pendant dix ans. L'ex-chef d'Etat a apporté son aide dans le plus grand secret.

C'est un visage qu'on n'aurait pas forcément prêté à celui qui fut le président des Etats-Unis de 1989 à 1993. George Bush père, mort le 30 novembre dernier, a parrainé pendant dix ans un petit garçon philippin via une association, lui envoyant lettre sur lettre, finançant son instruction, ses activités périscolaires, parfois même son alimentation et lui offrant des cadeaux. Mercredi, CNN l'a révélé en se faisant l'écho de la correspondance entre le parrain et son pupille, partiellement publiée par l'association à but non-lucratif Compassion International qui les avait mis en contact. 

"Je t'écrirai de temps en temps" 

L'histoire commence lors du Noël 2001. George Bush père assiste à un concert. Les musiciens, de confession chrétienne, s'adressent bientôt à la foule pour parler de Compassion international, qui travaille avec un réseau de paroisses du monde entier pour venir en aide aux déshérités, enfants ou mères en détresse. Les artistes demandent ensuite à l'assistance si certains de ses membres veulent parrainer un enfant.

"Tout à coup, George Bush, assis à quelques rangs de là, et entouré par sa sécurité, a levé la main et a demandé une brochure", se souvient aujourd'hui Wess Staffort, qui dirigeait à l'époque l'association. 

Dès le 24 janvier, 2002, George Bush envoie sa première lettre à l'enfant qui lui a été attribué, Timothy, alors âgé de huit ans.

"Je veux être ton nouvel 'ami de stylo'. Je suis un vieil homme, j'ai 77 ans, mais j'adore les enfants; et même si je ne t'ai jamais vu, je t'aime déjà. Je vis au Texas - Je t'écrirai de temps en temps", écrit-il avant de signer "George Walker", plutôt que de son nom complet.

Il s'agissait là d'une consigne de sécurité: donner sa véritable identité risquait de faire du petit garçon une cible. 

Frais de Bush

Ce qui n'empêche pas George Bush de livrer beaucoup d'informations, trop peut-être. Un jour, il joint à son pli une photo de sa chienne, Sadie:

"Voilà une photo de notre chienne. Elle s'appelle Sadie. Et elle a rencontré beaucoup de gens célèbres. C'est une très bonne chienne, elle est née en Angleterre. Elle attrape des souris et des petits écureuils, et elle file comme le vent".

A une autre occasion, il précise qu'il a été invité à la Maison blanche pour Noël. Malgré l'interdiction formelle de faire des cadeaux, l'ex-président des Etats-Unis n'en a fait qu'à sa tête sur ce point également. Comme Timothy lui avait parlé de sa passion pour le dessin, lui adressant même quelques-uns d'entre eux, il lui envoie du matériel pour peindre et croquer. 

Certaines des lettres de Timothy ont également été rendues publiques. Dans l'une d'entre elles, Timothy le remercie:

"Chers monsieur et madame Walker, comment allez-vous? J'espère que vous êtes en bonne santé. Je voudrais vous remercier pour ne pas m'avoir oublié. Vous êtes si gentils et si bons (...). Merci beaucoup pour le livre, je l'aime beaucoup". 

Timothy a disparu 

Jamais, semble-t-il, Timothy n'a découvert l'identité de son bienfaiteur. En tout cas pas de lui-même. Car, à 17 ans, alors qu'il avait tout juste son diplôme, l'assistante du président de l'association, qui était dorénavant la marraine du jeune homme, fait le voyage jusqu'aux Philippines et lui révèle qu'après "George Walker" vient "Bush". Timothy est abasourdi. 

C'est là la dernière fois, toutefois, que Timothy est passé dans les radars de l'association. Depuis lors, Compassion International est sans nouvelle, malgré ses tentatives pour le retrouver. 

Robin Verner