BFMTV

La Chine vient de reconnaître officiellement l'existence de 14 millions de ses citoyens

Une rue de Pekin.

Une rue de Pekin. - Nicolas ASFOURI - AFP

Une nouvelle vague de recension au hukou, à la fois livret de famille et passeport intérieur local, a donné une existence juridique à 14 millions de Chinois, soit 1% de la population nationale.

Quand la Chine, peuplée de 1.37 milliard d'habitants, donne une visibilité à l'équivalent de 1% de sa population totale, on atteint un nombre impressionnant: 14 millions de personnes. Comme l'a relevé le site Quartz, c'est bien à 14 millions de citoyens que la Chine vient de donner une existence légale. L'information est d'abord venue des institutions chinoises elles-mêmes. Ce vendredi, le ministère de la Sécurité publique a en effet annoncé avoir permis à ces millions d'hommes et de femmes de s'inscrire au registre du hukou. Celui-ci est d'abord un système d'enregistrement des ménages mais aussi un passeport intérieur permettant aux familles de circuler dans le territoire et donne accès aux infrastructures sanitaires et scolaires. Sans hukou, un individu n'a en Chine quasiment aucune existence aux yeux de l'Etat. 

Rendus invisibles par la politique de l'enfant unique

Si autant de gens ne bénéficiaient pas d'un hukou jusqu'à présent c'est principalement à cause de la politique de l'enfant unique, remplacée en 2015 par une politique permettant aux foyers d'avoir deux enfants. Avant cette réforme, pour ne pas avoir d'ennuis, de nombreuses familles, notamment paysannes, préféraient soustraire les petites filles à cet enregistrement officiel et inscrire seulement les petits garçons au registre du hukou. Et dans le cas où les familles n'auraient pas craint d'essayer d'obtenir le précieux livret pour un second enfant, elles étaient peu nombreuses à pouvoir payer le prix prohibitif fixé, en échange de l'octroi du hukou, pour cette naissance supplémentaire par les autorités. 

La fin de la politique de l'enfant unique a donc suscité des vocations. L'appareil d'Etat a aussi eu son rôle dans l'encouragement aux inscriptions. En décembre 2015, le Conseil d'Etat a ainsi publié la note suivante: "C'est un droit basique pour les citoyens de pouvoir s'enregistrer, en conformité avec la loi, en vue de l'obtention du hukou." La note complétait ce propos en ciblant les catégories de population non-inscrites, et à ce titres invisibles aux yeux des institutions, désormais susceptibles de faire une demande: en plus des enfants nés hors du cadre de la politique de l'enfant unique, les enfants de parents célibataires étaient désignés. Le demandeur doit cependant être titulaire d'un livret de naissance et du hukou d'un de ses deux parents. 

R.V.