BFMTV

L'Ukraine dit combattre des blindés venant de Russie

Un soldat ukrainien lors des célébrations de la fête de l'indépendance en Ukraine, le 24 août 2014 dans la région de Donetsk.

Un soldat ukrainien lors des célébrations de la fête de l'indépendance en Ukraine, le 24 août 2014 dans la région de Donetsk. - Oleksandr Ratushniak - AFP

Kiev affirme que des dizaines de blindés et de chars en provenance de la Russie ont franchi avec l'Ukraine, ce lundi. Les combats feraient rage entre la colonne et les gardes-frontières.

La tension monte dans l'Est de l'Ukraine, en proie à de violents combats entre l'armée ukrainienne et les insurgés séparatistes pro-russes.

Les autorités ukrainiennes affirment lundi 25 août que leurs forces combattent une colonne de blindés qui a franchi la frontière depuis la Russie, tandis que Moscou annonce l'envoi prochain d'un nouveau convoi humanitaire dans l'est de l'Ukraine.

Selon Kiev, une colonne comprenant plusieurs "dizaines" de blindés et de chars en provenance de la Russie aurait franchi la frontière avec l'Ukraine, près de la mer d'Azov au Sud. Les autorités ukrainiennes assurent que les blindés et chars sont en plein combat avec les gardes-frontières ukrainiens.

"Colonne de blindés"

"La frontière ukrainienne a été violée par une colonne de plusieurs dizaines de tanks et de véhicules blindés", entrés près de la ville industrielle de Marioupol, en Ukraine, a annoncé le porte-parole militaire ukrainien Léonid Matioukhine. "La colonne a été arrêtée par les gardes-frontières. (...) La bataille est en cours", a-t-il ajouté, sans donner plus de précisions.

Située à 50 km de la frontière russe et à 110 km de Donetsk - bastion de la rébellion pro-russe - Marioupol est le siège de l'administration de Kiev dans la région. Les autorités régionales, loyales au gouvernement ukrainien, avaient dû quitter Donetsk après que la ville tombe entre les mains des insurgés. 

Les autorités régionales se veulent rassurantes

Marioupol, sous le contrôle des forces loyalistes depuis des mois, avait cependant pris part au référendum du 11 mai dans l'est de l'Ukraine, pour se séparer de la tutelle du pouvoir de Kiev et rejoindre la République populaire de Donetsk, autoproclamée par les rebelles séparatistes.

Les autorités régionales se sont voulues rassurantes ce lundi, affirmant à la population que l'administration "fonctionnait normalement" à Marioupol, et que ses membres n'avaient pas quitté leurs postes.

V.P. avec AFP