BFMTV

Journaliste français détenu en Turquie: l'UE sollicitée

Le secrétaire général de Reporters Sans Frontières Christophe Deloire (d), accompagné de Daniele Van de Lanotte, mère du journaliste emprisonné Mathias Depardon, devant l'ambassade Turquie à Paris, le 25 mai 2017

Le secrétaire général de Reporters Sans Frontières Christophe Deloire (d), accompagné de Daniele Van de Lanotte, mère du journaliste emprisonné Mathias Depardon, devant l'ambassade Turquie à Paris, le 25 mai 2017 - GEOFFROY VAN DER HASSELT, AFP

La Commission européenne est appelée à l'aide par les avocats de Mathias Depardon, qui réclame une intervention pour mettre fin à la "détention arbitraire" du photographe français, retenu en Turquie pour "propagande terroriste".

Les avocats de Mathias Depardon réclament une intervention de la Commission européenne pour mettre fin à la "détention arbitraire" du photojournaliste français détenu depuis un mois en Turquie, dans une lettre dont l'AFP a eu copie vendredi.

"Le caractère arbitraire de la détention subie par notre client (...) est absolument indiscutable", écrivent Me Rusen Aytac, William Bourdon, Martin Pradel et Emine Seker, dans ce texte adressé jeudi au commissaire européen aux Droits de l'Homme, Niels Muižnieks.

Une situation qui "ne cesse de se dégrader"

Cette détention "viole l'article 5.1 de la Convention européenne des droits de l'Homme et de sauvegarde des liberté fondamentales", soulignent-ils. Par ailleurs, vu les difficultés rencontrées par ses avocats pour le joindre, "il est incontestable que le droit de Monsieur Mathias Depardon à l'assistance d'un avocat", garanti par l'article 6.3 de la même convention, "a été violé par les autorités turques".

"Nous estimons qu'une intervention ferme de votre part, en concertation avec les autorités françaises, permettra d'obtenir du pouvoir turc qu'il fasse cesser cette situation arbitraire illustrant la négation par ce pays de ses engagements internationaux", notamment européens, poursuivent les avocats, ajoutant que "la situation personnelle" de leur client "ne cesse de se dégrader".

"Propagande terroriste"

Selon Me Pradel, cette affaire ne peut être bien traitée "qu'au niveau européen", a-t-il ajouté, en soulignant que d'autres journalistes "sont aussi emprisonnés en Turquie".

Installé en Turquie depuis cinq ans, Mathias Depardon a été arrêté le 8 mai par la police locale qui lui reproche d'avoir travaillé sans carte de presse et le soupçonne de "propagande terroriste".

Alors que sa détention suscite l'inquiétude des défenseurs de la liberté de la presse, le président français Emmanuel Macron a demandé le 3 juin à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan de faire en sorte qu'il puisse rentrer en France "le plus vite possible".

G.D. avec AFP