BFMTV
International

"J'ai obtenu qu'il n'y ait pas de dégradation et d'escalade": Macron revient sur sa rencontre avec Poutine

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron (d) lors d'une conférence de presse conjointe, le 7 février 2022 à Moscou

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron (d) lors d'une conférence de presse conjointe, le 7 février 2022 à Moscou - Thibault Camus © 2019 AFP

"Il s'agissait pour moi de bloquer le jeu pour empêcher une escalade et ouvrir des perspectives nouvelles", a assuré le président de la République.

"J'ai obtenu qu'il n'y ait pas de dégradation et d'escalade". Au lendemain de la rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, l'heure est au bilan. Alors que le président de la République était en chemin pour l'Ukraine, où il doit rencontrer son homologue Volodymyr Zelensky, celui-ci s'est félicité de son escale moscovite.

"Il s'agissait pour moi de bloquer le jeu pour empêcher une escalade et ouvrir des perspectives nouvelles (...) Cet objectif pour moi est rempli. La France a consolidé une crédibilité", a-t-il assuré.

"Des tensions palpables"

Emmanuel Macron a également donné son sentiment sur le maître du Kremlin, qu'il a vu "moins manier l'ironie que d'habitude".

"Les tensions étaient palpables. Il en a créé les conditions et a bâti un narratif, une relecture des dernières années qui est très nouvelle. Il est à l’image de la tension qui s’écrit. Quand il a dit que 'je l’ai torturé', c’est parce que je suis revenu constamment sur les garanties à la frontière. Il joue sur chacune de ses ambiguïtés", a analysé le président français.

Toutefois, Emmanuel Macron s'est montré réaliste quant à la flexibilité de Vladimir Poutine sur le sujet ukrainien, expliquant qu'il ne s'attendait pas à de grosses concessions de la part du président russe.

"Je ne pensais pas une seule seconde qu'il allait hier faire des gestes", explique-t-il.

Lundi, les deux hommes s'était entretenus durant près de cinq heures sur cet épineux dossier ukrainien. Dès la fin de cette rencontre au sommet, Emmanuel Macron a pris la parole et dit qu'il espérait amorcer cette "désescalade."

Mathieu Coache avec Hugo Septier