BFMTV

Israël: opération nettoyage après une vaste marée noire sur les côtes

Hussein Hamza, un activiste environnemental libanais, montre ses mains couvertes de sable imbibé de goudron dans la réserve naturelle de Tyr, au sud du Liban, le 22 février 2021.

Hussein Hamza, un activiste environnemental libanais, montre ses mains couvertes de sable imbibé de goudron dans la réserve naturelle de Tyr, au sud du Liban, le 22 février 2021. - Mahmoud Zayyat - AFP

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entrainant le déversement de tonnes de goudron sur les plages.

Les autorités israéliennes et des ONG ont ratissé dimanche les côtes d'Israël le long de la Méditerranée après la découverte d'une des plus importantes marées noires de l'histoire du pays. 

Cette marée noire est due au déversement de "dizaines à des centaines de tonnes" de bitume d'un navire, selon les premières indications du ministère de l'Environnement.

Accès à la plage interdit jusqu'à nouvel ordre

"En raison de la pollution au bitume des plages et de la mer Méditerranée (...), les ministères de l'Environnement, de la Santé et de l'Intérieur appellent la population à ne pas se rendre à la plage pour s'y baigner ou y faire du sport jusqu'à nouvel ordre", ont-ils indiqué dans un communiqué conjoint. 

Des responsables du ministère de l'Environnement, des équipes de l'armée, des civils et des membres d'ONG ont parcouru les côtes du pays afin de ramasser le goudron échoué sur les plages. 

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est rendu sur les plages d'Ashdod, au sud de Tel-Aviv, afin de participer aux opérations de nettoyage aux côtés de la ministre de l'Environnement Gila Gamliel.

"Il est crucial" de passer aux "énergies renouvelables"

"Nous devons regarder vers le futur. Cet événement et d'autres semblables à travers le monde nous montrent à quel point il est crucial de se détourner des énergies polluantes au profit des énergies renouvelables", a déclaré Gila Gamliel sur place. 

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entrainant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, près du Liban, jusqu'à Ashkelon, à la limite de la bande de Gaza.

Une baleine retrouvée morte, la faute à la pollution?

Une baleine -un rorqual commun, deuxième plus grande espèce au monde après la baleine bleue- longue de près de 17 mètres, avait par ailleurs été découverte sur une plage près d'Ashkelon. 

Dimanche, des experts du gouvernement ont recueilli des échantillons de la dépouille du cétacé qui a ensuite été inhumée dans le sable de la plage par une excavatrice et un bulldozer, a constaté un photographe de l'AFP. 

Les autorités israéliennes avaient initialement lié la mort du cétacé aux déversements de pétrole mais l'Autorité israélienne de la nature et des parcs a indiqué vendredi que sa mort "ne peut pas être liée à la pollution au goudron". Selon elle, le cétacé, un mâle pesant 25 tonnes, était à un stade avancé de décomposition, faisant remonter sa mort à environ deux semaines avant la pollution.

S.B.-E. avec AFP