BFMTV

INFOGRAPHIES. Pourquoi le Royaume-Uni a décidé de reporter la dernière étape de son déconfinement

Le développement du variant Delta, initialement apparu en Inde, préoccupe les autorités qui ont décidé de décaler la dernière phase du déconfinement du 21 juin au 19 juillet. Le nombre de cas rapportés a doublé ces dix derniers jours dans le pays.

Le 12 avril, les Britanniques retournaient en terrasses et débutaient leur déconfinement, plus d'un mois avant les Français, suite à un long confinement et une campagne vaccinale menée tambour battant. Mais deux mois plus tard, la situation a bien changé outre-Manche.

Ce lundi 14 juin, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé le report de la dernière phase de déconfinement du pays. Initialement prévue pour le 21 juin, elle n'arrivera finalement que le 19 juillet. La raison: le variant Delta qui inquiète les autorités sanitaires britanniques.

"Nous sommes très préoccupés par le variant Delta qui se propage plus rapidement que prévu dans la feuille de route de février", qui prévoyait une réouverture totale au 21 juin, a expliqué le dirigeant, qui préfère donc "attendre jusqu'au 19 juillet, pour donner au (service de santé) le temps supplémentaire nécessaire".

La réouverture des discothèques et l'autorisation pour les salles de spectacles d'opérer à pleine capacité devront donc attendre. En cause, l'augmentation récente du taux d'incidence. Si on est encore très loin des seuils atteints cet hiver, le nombre de cas recensés au Royaume-Uni a tout de même doublé ces 10 derniers jours.

À titre de comparaison, les taux d'incidence de la France et de l'UE ne cessent eux de décroître depuis le début du mois de mai.

Le variant Delta, apparu en Inde, responsable de la hausse des cas

Comment explique-t-on cette augmentation des cas au Royaume-Uni? Selon la communauté scientifique, le principal responsable de cette hausse est le variant Delta, initialement apparu en Inde et désormais dominant en Grande-Bretagne. Samedi 12 juin, Boris Johnson a averti que sa propagation au Royaume Uni était "très préoccupante".

Environ 60% plus contagieux que le variant Alpha, apparu en Angleterre, le variant "indien" a été trois fois plus détecté que le variant "britannique" la semaine dernière comme le montre l'infographie ci-dessous.

Près de 30 millions de Britanniques complètement vaccinés

Repousser la levée des dernières restrictions permettrait de gagner du temps en vaccinant davantage de personnes et protégeant ainsi une plus grande partie de la population du virus.

"À un moment nous allons devoir apprendre à vivre avec ce virus [...] mais lorsque nous avons des vaccins efficaces, et un variant qui nécessite de recevoir les deux doses pour être protégé au maximum, il est normal de ne pas se presser pour sauver plus de vies", a expliqué plus tôt ce lundi un porte-parole de Downing Street, résidence du Premier ministre britannique.

Plus de 41,5 millions de personnes, soit près de 79% de la population adulte britannique, a reçu une première dose de vaccin et 29,8 millions de personnes soit 56,6% de la population adulte a été doublement vaccinée.

Un décalage de la dernière phase du déconfinement constitue un énorme revers pour de nombreuses entreprises – en particulier dans le secteur de l'hôtellerie-restauration qui espérait une réouverture estivale complète pour compenser les pertes de l'année écoulée.

Louis Tanca, avec AFP avec AFP