BFMTV

Grèce: Gérard Larcher dans le "hotspot" de Lampedusa ce weekend

Gérard Larcher se rendra dans le "hotspot" de Lampedusa en Grèce ce weekend - Vendredi 11 mars 2016

Gérard Larcher se rendra dans le "hotspot" de Lampedusa en Grèce ce weekend - Vendredi 11 mars 2016 - AFP

Le président du Sénat, Gérard Larcher se rendra dans le "hotspot" de Lampedusa ce weekend, destiné à faciliter l'accueil et l'identification de migrants en Grèce.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, se rendra samedi et dimanche sur l'île italienne de Lampedusa où il visitera le hotspot mis en place à la demande de l'Union européenne pour identifier et enregistrer les migrants, ont annoncé vendredi ses services.

"La délégation sénatoriale s'intéressera aux procédures mises en place dans le hotspot destiné à faciliter l'accueil et l'enregistrement des migrants, et à mieux identifier les personnes pouvant bénéficier d'une protection internationale", selon les précisions d'un communiqué.

Saluer la mobilisation des habitants de Lampedusa

Ce déplacement permettra au Gérard Larcher "de saluer la mobilisation exceptionnelle des habitants de Lampedusa dans l'accueil des migrants, de souligner l'ampleur de la tâche accomplie par les autorités italiennes, et d'appeler à une amélioration de la coopération européenne, tant pour protéger les réfugiés que pour renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'Espace Schengen et assurer une politique européenne de retour crédible", ajoute le communiqué.

"Lampedusa est à la fois l'avant-garde de l'Europe aux portes de l'Afrique et le symbole des défis majeurs de l'Union européenne face à la crise migratoire actuelle. Mais ses habitants nous tendent une flamme d'espérance dans cette mer commune qu'est la Méditerranée", a déclaré Gérard Larcher.

Il rencontrera en particulier le maire de Lampedusa, Mme Giusi Nicolini, les autorités locales, les représentants des forces de sécurité et de l'agence européenne Frontex, l'équipe du Haut-commissariat aux réfugiés de l'ONU, ainsi que les ONG présentes sur place.

A.-F. L. avec AFP