BFMTV

Fusillade de Liège: "C’était la panique", raconte une lycéenne évacuée

BFMTV
Avant d’être abattu par les forces de l’ordre, l’auteur présumé de la fusillade de Liège qui a fait trois morts ce mardi s’est retranché dans un établissement scolaire. Inès, l’une des élèves, raconte l’évacuation.

"C’était la panique". Avant d’être abattu par les forces de l’ordre, Benjamin Herman, l’auteur présumé de l’attaque qui a fait trois morts à Liège ce mardi, s’est retranché dans l’établissement scolaire Athénée Léonie de Waha où il a pris une femme de ménage en otage. Inès, une lycéenne présente lors de l’attaque, raconte l’évacuation à BFMTV.

"On était en cours de lecture, et par la fenêtre on entend des coups de fusillade", détaille la jeune fille. "On voyait les primaires et maternelles dans la cour, on les voyait par la fenêtre, et ils étaient en train de courir pour rentrer vers l’intérieur."

"On a pu sortir par l’arrière de l’école, il y avait beaucoup de personnes qui étaient en stress, il y en avait un qui pleurait, traumatisé, un peu choqué", poursuit-elle. Les élèves sont ensuite "partis vers le jardin botanique" où "il y avait des policiers", des professeurs qui "eux aussi étaient stressés", des éducateurs et le directeur.

Le dossier confié au parquet fédéral

Benjamin Herman, 31 ans, a tué deux policières en leur subtilisant leur arme, avant d’abattre un passager d’une voiture. Il était sorti de prison lundi pour un congé pénitentiaire de quelques heures; il était en fuite depuis. Selon une témoin, "il a parlé de la Syrie" et a crié "Allahou Akbar". Le dossier a été confié au parquet fédéral, et une enquête pour "infraction terroriste" a été ouverte.

Benjamin Pierret