BFMTV

Fusillade à Liège: le tireur "ne s'arrêtait pas de courir", selon une témoin

Le carrefour où a eu lieu une attaque terroriste à Liège le 29 mai 2018

Le carrefour où a eu lieu une attaque terroriste à Liège le 29 mai 2018 - Victor Jay-Twitter-AFP

"C'était clair qu'il voulait trouver des victimes faciles à avoir". Une femme qui a assisté à la fusillade ce mardi à Liège témoigne pour BFMTV. Elle assure que l'assaillant était "déterminé".

Elle a assisté à la fusillade qui a fait trois morts, dont deux policières, ce mardi à Liège, en Belgique. Isabelle Frères, qui travaille dans un immeuble donnant sur le boulevard où se sont déroulés les faits qualifiés de terroriste, témoigne pour BFMTV.

"On a entendu deux pétards, fort. Il y a eu trois secondes de silence. Et puis on a entendu encore deux-trois coups de feu très forts qui se rapprochaient. Nous sommes sortis sur le balcon. Nous sommes au 5e étage, là, on a aperçu le tireur qui avait déjà tiré sur la voiture blanche qui était à l'arrêt au feu rouge. Il a tiré à bout portant. Il a même fait tomber la fenêtre côté convoyeur, elle avait reçu une balle donc elle était toute fissurée. Il a fait un trou dans cette fenêtre pour retirer sur la personne qui était là."

"Il a parlé de la Syrie"

Le tireur, un Belge de 31 ans né dans la province de Namur, s'est alors dirigé vers le café situé derrière lui. "Il est revenu, il a tiré à nouveau sur le jeune gars (le civil de 22 ans qui a été tué, NDLR). Il est parti, il avait les mains en l'air en criant 'Allahou akbar' et là, il a parlé de la Syrie", poursuit Isabelle Frères, qui n'a pas compris la suite de ses propos.

Lorsque les sirènes de police ont retenti, l'assaillant a pris la fuite. "Il a couru vers le lycée qui est à 15-20 mètres seulement et il s'est retranché là-bas." Une courte prise d'otage a alors eu lieu. Quelques minutes plus tard, le tireur est ressorti et a fait feu sur la police, qui est arrivée très vite sur place selon cette témoin. "Et ils l'ont abattu."

"Il était déterminé"

Cette Liégeoise a eu le temps de voir le tireur, qu'elle décrit entièrement vêtu de noir, "habillé comme un commando avec une casquette noire". Il avait, au moment où elle l'a aperçu, "un revolver dans chaque main", ajoute-t-elle. L'assaillant a d'abord agressé au couteau les policières avant de s'emparer de leurs armes de service pour les abattre, a indiqué le procureur de Liège.

"Il était déterminé et en même temps on voyait qu'il commençait à être nerveux. Il courait, il ne s'arrêtait pas de courir. À un moment donné il donnait l'impression qu'il ne savait pas où aller. C'était clair qu'il voulait trouver des victimes faciles à avoir."

Céline Hussonnois-Alaya