BFMTV

Front commun Macron-Merkel face à Trump

À l'occasion du Forum sur la paix à Paris en marge des commémorations du centenaire de la guerre, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont mis en garde contre la montée des nationalismes.

À l’occasion des commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, Angela Merkel, Emmanuel Macron et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, se sont inquiétés de la montée des nationalismes à la tribune du forum sur la paix. En l’absence de Donald Trump, ils ont évoqué "la paix fragile", alors que l’Europe se divise face à la montée des populismes, et que la Grande Bretagne doit finaliser sa sortie de l’Union européenne.

"Nous voyons bien que la coopération internationale, un équilibre pacifique entre les intérêts des uns et des autres, et même le projet européen de paix sont de nouveau remis en question", a assuré la chancelière allemande Angela Merkel, évoquant son "inquiétude d’être de nouveau face à un nationalisme à œillères".

Les craintes du Secrétaire général de l'ONU

Un peu plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron avait mis en garde contre le nationalisme lors de son hommage au soldat inconnu sous l’arc de triomphe. Il a réitéré ses craintes quelques heures après, évoquant "le retour des passions tristes", à l'ouverture du forum sur la paix : "Nous sommes fragilisés par les retours des passions tristes, le nationalisme, le racisme, l’antisémitisme, l’extrémisme, qui remettent en cause cet horizon que nos peuples attendent", défendant comme son homologue allemande le multilatéralisme.

"Bien des éléments aujourd'hui me semblent emprunter et au début du 20e siècle, et aux années 30, laissant craindre un engrenage invisible", s’est inquiété de son côté Antonio Guterres, le secrétaire général de l’Onu.

L'Italie menace de "bloquer les activités européennes"

Signe de l’instabilité et des doutes qui règnent en Europe, le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, a menacé dimanche de "bloquer les activités européennes", après avoir accusé Malte d’avoir aidé des migrants à rentrer en Italie.

Les commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale ont rassemblé plus de 70 chefs d’états à Paris. À cette occasion, de nombreux policiers avaient été déployés dans toute la capitale. Les cérémonies ont été émaillées d’un incident majeur lorsque des membres des Femen se sont approchées de la voiture de Donald Trump, lors du passage du convoi sur les Champs Elysées après l’hommage au soldat inconnu.

dossier :

Angela Merkel

Guillaume Dussourt