BFMTV

Federica Mogherini bientôt nommée chef de la diplomatie européenne?

Sauf énorme surprise, Federica Mogherini devrait succèder à Cahterine Ashton en tant que chef de la diplomation de l'Union européenne.

Sauf énorme surprise, Federica Mogherini devrait succèder à Cahterine Ashton en tant que chef de la diplomation de l'Union européenne. - Georges Gobet - AFP

Sauf cataclysme, l'actuelle ministre des Affaires étrangères italienne, Federica Mogherini, devrait succéder à Catherine Ashton. Le nom du Haut représentant est également attendu.

Est-ce la fin d'un faux-suspense, ce samedi? Les dirigeants européens doivent enfin parvenir, aujourd'hui, à un accord sur deux hauts postes de l'Union européenne: celui du chef de la diplomatie et celui du président du Conseil, en pleine escalade de la Russie dans le conflit en Ukraine.

Pour la premier, sauf énorme surprise,c'est Federica Mogherini qui devrait être nommée. Soutenue par les dirigeants sociaux-démocrates, l'actuelle ministre italienne des Affaires étrangères, âgée de 41, remplacerait alors la Britannique Catherine Ahston.

"Sa nomination ne fait plus aucun doute", avait indiqué jeudi une source européenne . "Personne ne voit d'alternative", soulignait une autre.

Une étape importante pour Juncker

Les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont pas franchi l'obstacle le 16 juillet. Ils doivent absolument réussir à leur deuxième tentative, afin de permettre à Jean-Claude Juncker, le futur président de la Commission, de composer son équipe.

Concernant le Haut représentant, il s'agit d'un poste stratégique. Il est à la fois membre du Conseil et assiste aux sommets européens, et de la Commission dont il est premier vice-président. Fort de son triomphe aux élections européennes, le Premier ministre social-démocrate italien Matteo Renzi a fait le forcing pour que son pays décroche ce portefeuille, qui prend d'autant plus d'importance au moment où les crises internationales se multiplient, de l'Ukraine à Gaza en passant par la menace grandissante de l'Etat islamique en Irak et en Syrie.

Jé. M., avec AFP