BFMTV

WikiLeaks: Julian Assange raconte ses conditions de vie à Londres

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks - John Stillwell - Pool - AFP

Julian Assange vit enfermé dans l'ambassade équatorienne à Londres depuis juin 2012 et pense y rester pendant des années. Il explique dans une interview à Europe1, lundi matin,  à quoi ressemble son quotidien.

Qui est Julian Assange? "Je m'efforce de faire en sorte que les êtres humains aient accès à des informations auxquelles ils n'ont pas habituellement accès", résume le fondateur de WikiLeaks interrogé ce lundi par Europe 1. Reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis le mois de juin 2012, Julian Assange est revenu sur ses conditions de vie depuis presque trois ans.

"La vie est difficile", a concédé l'Australien. "C'est la menace qui plane sur ma famille et sur mes enfants qui me pèse le plus. Eux n'ont rien demandé", a-t-il déploré. 

"Aucune possibilité d'exercices physiques"

"La surveillance dont je fais l'objet est illégale", ajoute-t-il, regrettant le fait que tous ses visiteurs soient "passés au crible". "La vie est difficile, par certains cotés", raconte Julian Assange qui vit dans un lieu décrit comme sombre, et sans jardin. "Je n'ai, par exemple, aucune possibilité d'exercices physiques", explique-t-il.

Des conditions de vie qui, selon lui, ne vont pas changer de si tôt et " resteront identiques pendant des années". "Je n'ai jamais déclaré que je quitterai bientôt l'ambassade","c'est une pure invention de la presse de Murdoch", explique Julian Assange.

"Aucun citoyen européen n'est à l'abri"

Mais "si on compare ma situation actuelle à celle qui serait la mienne aux Etats-Unis, je crois que mes circonstances présentes sont bien meilleures", développe le cybermilitant qui rappelle qu'il peut recevoir des visites et continuer à travailler. "Si je devais finir aux Etats-Unis, je me battrais très certainement. et croyez-moi, il en coûterait très certainement au gouvernement américain que de me faire tomber", promet-il.

Julian Assange vit à l'ambassade d'Equateur à Londres, pour échapper à une convocation par la justice suédoise dans une affaire de moeurs dont il se dit innocent mais il craint qu'elle ne débouche sur une extradition aux Etats-Unis. Il est déjà recherché outre-Atlantique pour la diffusion par WikiLeaks de milliers de documents confidentiels américains.

Dénonçant "l'émergence progressive d'un véritable régime de surveillance de masse parfaitement orwellien", Julian Assange pointe les gouvernements américains et britanniques "auxquels s'associent 38 pays". Si le régime de surveillance de la France a été "assez agressif" pendant longtemps, il est resté "assez insignifiant" en comparaison aux régimes anglo-saxons. Si elle conserve "un rôle important à jouer pour l'indépendance européenne", il est "bien possible qu'il soit trop tard pour que la France retrouve" son indépendance à cause des accords d'échange de renseignements conclus avec les Etats-Unis, a ajouté l'informaticien."Aucun citoyen européen n'est à l'abri de ce programme de surveillance", estime-t-il.

A. D.