BFMTV

Un ministre britannique présente sa démission pour une minute de retard au Parlement

Un ministre britannique a officiellement présenté sa démission "avec effet immédiat" pour avoir eu une minute de retard lors d'une séance de questions au gouvernement. Ses plates excuses ayant été jugées amplement suffisantes, elle a été refusée par Theresa May, la Première ministre.

De l'autre côté de la Manche, il suffit d'une minute de retard pour qu'un ministre présente sa démission. Mercredi, Lord Michael Bates, le ministre du Développement international, a fait une annonce surprenante en pleine séance de questions au gouvernement à la Chambre des lords, la chambre haute du Parlement britannique. 

"Vraiment honteux"

À cause d'un retard d'une minute, il n'a pas pu répondre à une question qui lui était adressée sur les inégalités de revenus et c'est un autre lord qui a dû répondre à sa place. Lorsqu'il a pris la parole à la fin de la séance, Michael Bates a ainsi présenté ses "sincères excuses" pour son "manque de courtoisie" et s'est dit "vraiment honteux" de ne pas avoir été à sa place.

"Durant les cinq années au cours desquelles j'ai eu l'honneur de répondre aux questions au sein de cette assemblée au nom du gouvernement, j'ai toujours considéré que nous devions offrir et présenter la plus grande courtoisie et le plus grand respect en répondant au nom du gouvernement aux questions légitimes des parlementaires", a-t-il solennellement déclaré.

"Avec effet immédiat"

Aussitôt, Michael Bates a annoncé qu'il présentait sa démission à la Première ministre "avec effet immédiat", pour avoir manqué à ses obligations. Une déclaration qui a suscité une vive réaction dans l'assemblée, de nombreux "non" fusant, d'autres membres du gouvernement et parlementaires essayant de le retenir.

À la suite de cette annonce, la patronne de l'opposition travailliste à la Chambre des lords s'est exprimée, espérant que le refus des parlementaires de le voir démissionner ait été entendu. "Une excuse de la part de Lord Bates est tout à fait suffisante", a déclaré Angela Smith.

Démission refusée

Un porte-parole du 10 Downing Street, les bureaux de Theresa May, a assuré que la démission du ministre n'était "pas nécessaire" et que Michael Bates avait finalement accepté de rester à son poste, rapporte BBC.

Une situation difficilement imaginable en France, où il en faut un peu plus pour qu'un membre du gouvernement présente finalement sa démission, comme une enquête judiciaire après des accusations d'agressions sexuelles, le non-paiement de ses impôts ou des soupçons d'emplois fictifs.

Céline Hussonnois-Alaya