BFMTV

Royaume-Uni : une nouvelle loi décrète que les animaux "ne ressentent pas la douleur"

-

- - -

C’est en toute discrétion que le 15 novembre dernier, le Parlement britannique a fait adopter un texte allant à l’encontre des animaux et de leur protection.

Les animaux "ne ressentent pas la douleur" et "sont dépourvus d’émotions" : voilà ce qu’affirme un projet de loi britannique. Un retour en arrière de la part du Royaume-Uni pour certains défenseurs de la cause animale, alors même que de nombreuses études scientifiques s’accordent pour soutenir la thèse inverse.

Cette mesure, proposée par les membres du parti conservateur britannique, s’inscrit dans le cadre du vote de l’EU Withdrawal Bill, une série de textes ayant pour but d’adapter le droit anglais à la sortie de l’Union Européenne (prévue pour 2019). Jusque-là, la législation anglaise sur la protection animale était fondée sur celle de l’Union Européenne : 80% des lois liées à la protection animale viennent de l'Europe.

En considérant que les animaux "ne ressentent pas la douleur" et sont "dépourvus d’émotions", ils perdent, de facto, leur qualité "d’êtres sensibles" (que la France, notamment, leur reconnaît). Certains craignent que les actes de maltraitance et de cruauté ne soient plus par conséquent pénalement répréhensibles.

En Grande-Bretagne, les défenseurs des animaux, et en particulier la RSPCA (équivalent de notre SPA) se disent "choqués" par cette régression, et demandent au gouvernement de réintroduire la protection animale dans le droit britannique.

A lire aussi : Les animaux enfin reconnus comme des êtes vivants sensibles par le Code civil

Elisa Gorins