BFMTV

Ukraine: la tension augmente dans les deux camps

Une manifestante pro-ukrainienne

Une manifestante pro-ukrainienne - -

Les Etats-Unis ont indiqué mardi être prêts à imposer de nouvelles sanctions contre Moscou en cas d'échec de la réunion internationale de jeudi à Genève pour tenter de résoudre la crise en Ukraine.

L'Ukraine a lancé ses forces armées contre les insurgés pro-russes à l'Est du pays mardi, augmentant encore une tension de plus en plus palpable au troisième jour de "l'opération antiterroriste de grande envergure". Blindés et hommes ont été disposés à une quarantaine de kilomètres au nord de Slaviansk, ville symbole de la récente offensive d'hommes sans signes distinctifs mais qui pourraient appartenir au "GRU, le renseignement militaire russe", selon un militaire.

Et si les combats directs n'ont pas encore eu lieu, les séparatistes qui ne déposeront pas les armes seront "liquidés" a déclaré le commandant de l'opération. En réponse, le président russe Vladimir Poutine a souhaité une "condamnation claire" de la communauté internationale mais les Etats-Unis, qui ont salué la "retenue" des militaires ukrainiens, ont indiqué être prêts à imposer de nouvelles sanctions contre Moscou en cas d'échec de la réunion internationale, prévue jeudi à Genève.

De "nouvelles étapes" en préparation

D'ailleurs, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est entretenu au téléphone avec ses homologues français, allemand et britannique ainsi qu'avec la chef de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Catherine Ashton au sujet de ces possibles sanctions. "Non seulement nous anticipons de nouvelles sanctions, mais nous préparons de nouvelles étapes", a précisé un porte-parole.

Une anticipation aussi côté russe: selon l'Otan, la Russie a amassé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière entre les deux pays en se montrant menaçant à l'encontre d'une possible intervention contre les insurgés. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a prévenu que tout ordre "criminel" de Kiev d'"envoyer les chars" ferait capoter les pourparlers prévus pour jeudi à Genève sur la crise.

S.A. avec AFP