BFMTV

Ukraine: pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi

Les chars ukrainiens ont mené des opérations mardi

Les chars ukrainiens ont mené des opérations mardi - -

Au troisième jour de son opération antiterroriste, l'Ukraine a déployé mardi ses forces, armée et Garde nationale, dans l'Est du pays face aux insurgés pro-russes.

Les Etats-Unis ont indiqué mardi être prêts à imposer de nouvelles sanctions contre Moscou en cas d'échec de la réunion internationale de jeudi à Genève pour tenter de résoudre la crise en Ukraine. Alors que la tension est à son comble dans l'est, où les autorités de Kiev ont lancé mardi une opération militaire contre les séparatistes russophones, la Maison Blanche a salué a retenue des forces du gouvernement ukrainien.

Mais cette offensive devrait encore attiser les tensions avec le puissant voisin russe, qui a massé selon l'Otan jusqu'à 40.000 hommes à la frontière entre les deux pays et averti à plusieurs reprises les autorités pro-européennes de Kiev de ne pas intervenir contre les insurgés.

Ce direct est maintenant terminé.

20h29 - Pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi

Les Etats-Unis souhaitent saisir l'opportunité d'instaurer un dialogue et de donner une chance à la diplomatie dans la crise ukrainienne et aucune sanction ne devrait être décidée contre la Russie avant la réunion à quatre prévue jeudi à Genève, a déclaré Jen Psaki, porte-parole du département d'Etat, mardi.

19h54 - Les images de deux candidats attaqués

Le candidat pro-russe à la présidentielle ukrainienne, Oleh Tsarev, a été agressé mardi matin après avoir accordé une interview à la chaîne de télévision ICTV. Lundi soir, Mikhaïl Dobkinen lui aussi candidat pro-russe avait été aspergé de farine et de désinfectant.

19h35 - Washington prépare avec ses alliés de nouvelles sanctions contre Moscou

Washington se coordonne avec ses alliés européens sur de "nouvelles étapes" visant à imposer davantage de sanctions à la Russie, à la suite des soulèvements de séparatistes dans l'est russophone de l'Ukraine, affirme le département d'Etat américain.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a parlé au téléphone avec ses homologues français, allemand, et britannique mais de nouvelles sanctions ne devraient pas être adoptées avant les pourparlers prévus jeudi à Genève entre les Etats-Unis, l'Union européenne, l'Ukraine et la Russie, a précisé la porte-parole de la diplomatie américaine Jennifer Psaki.

19h - Washington salue la retenue des forces de Kiev dans l'est du pays

Les autorités de Kiev se trouvent dans une situation "intenable" face aux soulèvements de séparatistes dans l'est russophone de l'Ukraine, déclare la Maison Blanche, jugeant leurs opérations militaires contre les militants pro-russes "mesurées".

Appelant à la retenue et "à toutes les précautions nécessaires", le porte-parole de la présidence américaine Jay Carney souligne que le gouvernement ukrainien a la "responsabilité" de faire respecter la loi et l'ordre.

18h40 - Les troupes ukrainiennes entrent à Slaviansk, selon une agence russe

L'armée se préparerait à l'assaut des bâtiments administratifs occupés par les militants pro-russes à Slaviansk, annonce à RIA Novosti un porte-parole de la milice populaire de Donbass (région située à l'est de l'Ukraine).

"Des véhicules de transport de troupes entrent à Slaviansk. On voit beaucoup de militaires dans la ville. Nos gars se préparent à une riposte", déclare le militant.

18h15 - La présidentielle fin mai, "question cruciale" jeudi à Genève

L'élection présidentielle en Ukraine fixée au 25 mai constitue "la question cruciale" des pourparlers jeudi à Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, pour trouver une issue à la crise, estime le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"Jeudi, deux trois sujets devraient être évoqués. Il y a la question cruciale de l'élection le 25 mai. Quel est le reproche principal que font les Russes au gouvernement (ukrainien)? Ils disent que le gouvernement n'est pas légitime, ce n'est pas exact mais entrons un instant dans leur raisonnement: s'ils ne sont pas légitimes, (...) légitime ça s'appelle le vote", détaille-t-il lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

18h05 - Renforts ukrainiens héliportés dans l'Est

Des renforts ukrainiens ont été héliportés cet après-midi dans l'Est sur l'aérodrome militaire de Kramatorsk, à 15 km au sud de Slaviansk, ville tenue par des insurgés pro-russes, indiquent des témoins présents sur place.

Des journalistes de l'AFP ont vu des manifestants pro-russes, qui tiennent la partie civile de l'aérodrome, massés devant les grilles de la partie militaire attenante. Selon certains manifestants, les défenseurs de la partie militaire ont ouvert le feu faisant des blessés, mais il n'a pas été possible immédiatement de confirmer ces affirmations.

17h50 - Quatre morts et deux blessés lors de l'attaque de l'aérodrome de Kramatorsk

Selon l'agence russe RIA Novosti, quatre morts et deux blessés sont à déplorer à l'aérodrome de Kramatorsk, après que celui-ci a été repris un peu plus tôt par l'armée ukrainienne.

17h30 - Des troupes débarquent à l'aéroport de Kramatorsk

Des tirs d'armes automatiques provenant de l'aérodrome militaire de la ville ont été entendus et un avion chasseur a survolé le secteur à basse altitude, déclarent des journalistes présents sur place, cités par Interfax. "Il y a des blessés parmi les miliciens qui défendent l'aérodrome, déclarent les partisans de la fédéralisation de l'Ukraine", indique de son côté l'agence russe RIA Novosti.

17h15 - L'Ukraine est "au bord de la guerre civile", selon Medvedev

L'Ukraine est "au bord de la guerre civile", estime le Premier ministre russe Dmitri Medvedev, alors que les autorités de Kiev ont déployé des forces armées dans l'Est du pays pour faire face aux séparatistes pro-russes. "Je serai bref: l'Ukraine se trouve au bord de la guerre civile, c'est effrayant", déclare-t-il, cité par les agences russes, lors d'une conférence de presse.

17h00 - Ceux qui ne déposent pas les armes seront "liquidés"

Les séparatistes pro-russes et les membres des services secrets russes opérant en Ukraine qui ne déposeront pas les armes seront "liquidés", déclare à des journalistes dans l'Est de ce pays le général Valeri Kroutov, qui commande l'opération "antiterroriste". "Il faut les avertir et s'ils ne déposent pas les armes, on va les liquider", a affirmé le général, numéro deux des services de sécurité ukrainiens (SBU) et commandant du centre antiterroriste du SBU, rencontré près de la ville d'Izioum, à une quarantaine de kilomètres au nord de Slaviansk, passée samedi sous le contrôle d'hommes en armes sans identification.

|||

>> L'ESSENTIEL

• L'Ukraine promet de "liquider" les insurgés pro-russes qui refuseront de déposer les armes

• La Russie a prévenu que tout ordre "criminel" d'envoyer les chars ferait capoter les pourparlers

M.G. avec AFP