BFMTV

Naufrage en Méditerranée: 800 morts, selon le HCR

Des secours italiens évacuent le corps d'une victime du naufrage, le 20 avril, à Malte.

Des secours italiens évacuent le corps d'une victime du naufrage, le 20 avril, à Malte. - Matthew Mirabelli - AFP

Le naufrage de dimanche au large des côtes libyennes a fait 800 morts, ont annoncé tôt ce mardi, à Catane, en Sicile, des représentants du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) et de l'Organisation internationale pour les migrations (IOM) après avoir parlé aux survivants.

"On peut dire que 800 personnes sont mortes", a déclaré Carlotta Sami, porte-parole du HCR en Italie, avant que le porte-parole de l'OIM, Flavio Di Giacomo ne vienne confirmer cette estimation. Des représentants du HCR et de l'OIM ont pu interroger la plupart des 27 survivants arrivés au port de Catane vers minuit. Ces migrants ont débarqué environ deux heures plus tard du bateau. 

Des migrants originaires d'Afrique, de Syrie, et du Bangladesh

"Nous avons confronté les témoignages, il y avait un peu plus de 800 personnes à bord, dont des enfants de 10, 12 ans. Il y avait des Syriens, environ 150 Erythréens, des Somaliens... Ils étaient partis samedi à 8 heures de Tripoli", en Libye, a expliqué Carlotta Sami.

"Les survivants viennent du Mali, de Gambie, du Sénégal, de Somalie, d'Erythrée et du Bangladesh", a ajouté Flavio Di Giacomo, précisant qu'il y avait parmi eux quatre mineurs.Tous ont été conduits dans des centres d'accueil de la région.

Un mouvement de foule à l'origine du naufrage

Selon le récit des survivants, le chalutier qui les transportait a chaviré sous l'effet d'un mouvement de foule alors qu'approchait un cargo portugais appelé à son secours. Les garde-côtes italiens ont annoncé avoir repêché 24 corps, débarqués lundi matin à Malte, et n'ont pas confirmé le bilan évoqué par les survivants.

La police italienne a annoncé dans la nuit que deux des survivants, un Tunisien et un Syrien soupçonnés d'avoir été le capitaine et un membre d'équipage du chalutier, avaient été arrêtés à bord du bateau des garde-côtes.

la rédaction, avec AFP