BFMTV

Menace sur le gaz: Gazprom peut-il bloquer l'Europe?

Vue du pipeline North Stream à Lubmin, en Allemagne.

Vue du pipeline North Stream à Lubmin, en Allemagne. - -

Vendredi, le géant russe a menacé l'Ukraine de rompre ses exportations de gaz, comme ce fut le cas en 2009. Quelles conséquences pour l'Ukraine, et pour l'Europe? BFMTV.com fait le point.

Le géant public russe Gazprom a menacé vendredi l'Ukraine d'interrompre ses exportations de gaz en raison d'impayés de 1,89 milliard de dollars, comme ce fut le cas pendant l'hiver 2009, quand des coupures avaient perturbé l'approvisionnement de pays européens. Quelles conséquences pour l'Ukraine, et pour l'Europe? BFMTV.com fait le point.

> Rappel des faits

Le 1er janvier 2009, Gazprom avait suspendu l'approvisionnement de gaz à l'Ukraine en raison d'un différend commercial. Dans ce conflit gazier, des pays de l'Union européenne avaient été les premières victimes de ces représailles en pleine vague de froid, certains Etats telle la Slovaquie dépendant à 100% du gaz russe.

> Quelles conséquences pour l'Ukraine?

Le commissaire européen à l'Energie, Gunther Oettinger, a déclaré mardi que l'Union européenne allait aider l'Ukraine, au bord de la faillite, à s'acquitter de sa dette gazière à l'égard de la Russie.

Les difficultés de paiement de l'Ukraine risquent de s'accroître dans les prochains mois, Gazprom ayant en outre décidé de mettre fin en avril à la ristourne sur le prix du gaz dont bénéficiait le pays, désormais dirigé par un gouvernement pro-européen.

> Quelles conséquences pour l'Europe?

L'Europe, qui consomme de plus en plus de gaz russe, est aujourd'hui moins exposée qu'auparavant à d'éventuelles coupures sur les gazoducs transitant par l'Ukraine, grâce à de nouvelles options de livraison.

Moscou fourni à l'Europe 30% de sa consommation en gaz. La part du gaz consommé en Europe qui passe par l'Ukraine avoisine aujourd'hui 15%, soit un peu plus de la moitié de ce que le Vieux Continent importe de Russie, contre près des trois quarts avant l'inauguration fin 2011 du gazoduc North Stream (Russie-Allemagne). Surnommé "l'autoroute du gaz", il relie la Russie à l'Allemagne sous la mer Baltique.

Tracé du Gazoduc North Stream (Boban Markovic via Wikimedia Commons - CC)

La Russie n'est que le troisième fournisseur en gaz naturel de la France (15%), après la Norvège (36%) et Les Pays-Bas (19%), selon les derniers chiffres du Ministère de l'énergie.

Les pays de l'Ouest de l'Europe (Belgique, Pays-Bas, Espagne, France, Royaume-Uni, Italie) sont relativement peu dépendants du gaz Russe, selon Le Parisien. Les pays d'Europe plus dépendants (Allemagne, Autriche ou Pologne) voire très ou entièrement dépendants (Finlande, pays baltes) au gaz russe, font ou peuvent faire parvenir ce gaz sans par l'Ukraine ajoute le quotidien.

Caroline Piquet