BFMTV

Le drapeau européen a-t-il une origine religieuse comme l'affirment les Insoumis?

Les députés de la France Insoumise ont déposé un amendement pour demander le retrait du drapeau européen de l'Assemblée nationale en raison de son caractère "confessionnel". L'amendement a été une nouvelle fois retoqué mercredi.

Le drapeau européen a-t-il une origine religieuse ? C'est en tout cas ce que revendiquent les députés de la France Insoumise, qui ont déposé un amendement pour demander son retrait de l'hémicycle parlementaire et son remplacement par celui de l'ONU.

Alors que l'amendement a été retoqué mercredi soir à l'Assemblée nationale, Alexis Corbière, qui l'a porté, a insisté sur le "symbole religieux" véhiculé par le drapeau, tandis que "plus que jamais nous avons besoin de laïcité". Un argument appuyé ce vendredi par la député de Seine-Saint-Denis Clémentine Autain sur notre antenne. "Le drapeau européen, c'est la Vierge Marie. Et les 12 étoiles, ce sont les 12 apôtres", a-t-elle estimé.

Des projets de drapeaux rejetés pour motif religieux

Pour pouvoir infirmer ou confirmer les propos des Insoumis, une analyse historique s'impose. Le drapeau européen est à l'origine conçu pour représenter le Conseil de l'Europe, une organisation intergouvernementale de défense des Droits de l'Homme distincte de l'Union européenne. En 1950, le Conseil de l'Europe cherche un drapeau pour le représenter, capable d'illustrer "les valeurs spirituelles et morales qui sont le patrimoine commun des peuples qui le composent".

Plusieurs projets de drapeaux sont alors rejetés par l'organisation. C'est le cas par exemple d'un drapeau représentant un grand "E" vert sur fond blanc, initié par Le Mouvement européen, une association qui dit s'engager en faveur de la construction européenne et du débat public. "Ce n'est pas étonnant que ce drapeau-là n'ait pas été adopté, puisqu'en plus d'être laid, il ne se lit pas très bien", analyse pour BFMTV.com Cédric de Fougerolle, secrétaire général de la Société française de vexillologie (l'étude des drapeaux). "Si on le change de sens, on ne le comprend plus, ça ne fonctionne pas".

D'autres, comme un drapeau illustrant un cercle barré d'une croix, sont rejetés en raison de leur aspect religieux. C'est finalement le projet du peintre strasbourgeois Arsène Heitz qui est adopté en 1955. Le drapeau est composé d'un fond bleu orné de douze étoiles, et deviendra en 1986 le symbole de l'ensemble des institutions européennes.

Mais trois ans plus tard, en 1989, Arsène Heitz reconnaît avoir été inspiré par la médaille miraculeuse qu'il portait autour du cou pour dessiner le drapeau européen. Ce bijou caractérise la Vierge Marie, couronnée de douze étoiles d'or. D'après le site chrétien La Vie, Arsène Heitz aurait également déclaré s'être inspiré d'un texte stipulant "Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles".

"Ce n'est pas faux" mais...

"Ce n'est donc pas faux de dire que le drapeau européen a une origine chrétienne, puisque son concepteur a lui-même reconnu qu'il a été inspiré par des symboles chrétiens", admet Cédric de Fougerolle. "Mais le drapeau ne se résume pas à ça. Il a été adopté sans que cette notion religieuse ne soit connue".

"Ce drapeau a été choisi avant tout pour son originalité", explique-t-il. "Il ne ressemble à aucun drapeau des pays européens, c'était une condition à son élaboration, il fallait apporter de la nouveauté. Ce rond d'étoiles est lui aussi très original, il se lit bien dans tous les sens".

Les couleurs du drapeau, relatives à la symbolique européenne, n'ont pas non plus été choisies au hasard.

"Le bleu et l'or sont des couleurs qui correspondent à l'iconographie européenne. Le bleu est une couleur occidentale très répandue, et il peut représenter le ciel, et les douze étoiles dans le ciel représentent ainsi le zodiaque, ou bien la mer, avec cette Europe tournée vers les Nations Unies en période d'après-guerre. L'or, pour sa part, représente l'histoire, aussi bien les rois de France que le Saint-Empire romain germanique" analyse encore le vexillologue.

Et le chiffre 12? Représente-t-il les douze apôtres comme l'affirme Clémentine Autain? "Le 12 est un chiffre très symbolique, il représente la plénitude, la perfection", fait valoir Cédric de Fougerolle. Soit l'harmonie et l'unité entre les peuples que l'Europe souhaite mettre en place. De plus, le site international de vexillologie Flags of the World souligne que les douze étoiles ont été adoptées en raison du manque d'insinuation politique du chiffre 12, et de ses nombreuses références: aux douze signes du zodiaque, aux douze heures ou encore aux douze mois de l'année.

Vers une reconnaissance officielle du drapeau?

L'adoption de la référence religieuse dans le drapeau européen aurait donc été involontaire de la part du Conseil de l'Europe, qui ne voyait dans ce drapeau que les références aux valeurs et symboles européens, présentes à foison.

Après la dénonciation des Insoumis, Emmanuel Macron a annoncé qu'il allait reconnaître officiellement le drapeau européen, lors d'un sommet de l'Union européenne qui se tiendra la semaine prochaine, afin qu'il ne soit pas possible de le retirer de l'hémicycle.

Ce qui signifie qu'il envisage de signer la Déclaration 52 du Traité de Lisbonne, qui stipule que "le drapeau représentant un cercle de douze étoiles d'or sur fond bleu, l'hymne tiré de L'Ode à la joie de la Neuvième symphonie de Beethoven, la devise "Unie dans la diversité", l'euro en tant que monnaie de l'UE et la Journée de l'Europe le 9 mai, continueront d'être les symboles de l'appartenance commune des citoyens à l'UE et de leur lien avec celle-ci". Cette Déclaration a été jusqu'à présent signée par 16 des 28 pays européens.

Cette décision du président a été vivement critiquée aussi bien à droite qu'à gauche, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, allant même jusqu'à demander la tenue d'un référendum sur le sujet. Le débat autour du drapeau européen et de l'Union européenne de façon plus générale est loin d'être clos.

Céline Penicaud