BFMTV

Jean XXIII et Jean Paul II, deux figures de l'Eglise canonisées

Le pape Jean XXIII (g.), qui a exercé cette fonction entre 1958 et 1963 et son successeur Jean-Paul II, pape entre 1978 et 2005.

Le pape Jean XXIII (g.), qui a exercé cette fonction entre 1958 et 1963 et son successeur Jean-Paul II, pape entre 1978 et 2005. - -

Ces deux papes, qui ont marqué la 2e moitié du XXe siècle, sont fait saints ce dimanche. Deux visages différents mais complémentaires du catholicisme contemporain.

C'est un événement pour l'Eglise catholique. Ce dimanche, le pape François fait saints deux de ses prédécesseurs, l'Italien Jean XXIII et le Polonais Jean Paul II. Deux figures du catholicisme contemporain, symbolisant d'une part l'ouverture au monde et d'autre part confiance d'être catholique.

Jean XXIII, artisan de la modernisation de l'Eglise

Il était surnommé "le bon pape". Jean XXIII, de son vrai nom Giuseppe Angelo Roncalli, est l'homme du Concile Vatican II (1962-1965), qui a ouvert l'Eglise catholique à la société et aux autres religions. Il a aussi marqué les esprits par sa bienveillance et sa gentillesse, malgré un pontificat de cinq ans.

Cet Italien, élu en 1958 à 76 ans, ne devait en effet n'être qu'un pape de transition. C'est pourtant lui qui a engagé le chantier qui a changé le visage de l'Eglise catholique: abandon de la messe en latin, ouverture du dialogue avec les non-chrétiens et même les non-croyants - le concile "Vatican II" a soufflé un vent de modernité sur l'Eglise.

C'est ce côté moderne qui a séduit le pape François, initiateur de sa canonisation. Pourtant, un seul miracle a été attribué par l'Eglise à Jean XXIII, au lieu des deux règlementaires pour être canonisés.

Jean Paul II, le globe-trotter adulé par les jeunes

Avant François, Jean Paul II avait lui-même été séduit par Jean XXIII, puisqu'il a été l'artisan de la béatification - étape obligatoire avant la canonisation. Neuf ans après sa mort, le voilà fait saint le même jour que son prédécesseur.

Karol Wojtyla, de nationalité polonaise, a été l'un des personnages les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle. Premier pape issu du bloc soviétique, élu en pleine guerre froide (1978), il a grandement contribué à la chute du rideau de fer.

Accessible et profondément chaleureux, il n'a également jamais hésité à prendre son bâton de pèlerin, même affaibli. En 26 années de pontificat, il a visité pas moins de 127 pays, un record pour un pape. On lui doit aussi les Journées mondiales de la jeunesse, qui l'ont rendu très populaire parmi les jeunes, malgré ses prises de position conservatrices sur les sujets de société.

Sa canonisation, il la doit à deux miracles reconnus par l'Eglise sur deux femmes: la soeur française Marie Simon Pierre, guérie de la maladie de Parkinson et la costaricienne Floribeth Mora, soudainement remise d'un anévrisme cérébral.

M. T. avec Océane Goanec