BFMTV

Avalanche en Italie: les secours débordés, la polémique enfle

Après l'avalanche qui s'est abattue mercredi soir sur un hôtel des Abruzzes, dans le centre de l'Italie, les secours ont mis toute la nuit à rejoindre les lieux. Les routes sont bloquées par la neige, alors que le pays est confronté à une vague de froid et de précipitations sans précédents depuis des années. Les autorités sont accusées de n'avoir pas pris la mesure de l'urgence.

Les nouvelles dramatiques se succèdent ces derniers jours, en Italie. Un hôtel de luxe situé en montagne a été enseveli mercredi soir par une avalanche, dans la région des Abruzzes, dans le centre du pays. Une trentaine de personnes au total sont portées disparues. Le même jour, quatre séismes d'une magnitude supérieure à 5 ont été ressentis dans la même zone centrale de l'Italie, à cheval sur plusieurs régions. Près d'une centaine de répliques ont aussi été enregistrées.

Ces deux phénomènes, le tremblement de terre puis l'avalanche, pourraient être liés, mais ce lien n'a pas encore été formellement établi. Quand tout cela s'est produit, le pays était déjà fragilisé par une importante vague de froid et confronté aux plus importantes chutes de neige répertoriées depuis cinquante ans. De quoi compliquer encore les opérations de secours et le quotidien des habitants, dans les zones touchées. Les occupants de l'hôtel, vraisemblablement alertés par les secousses, s'étaient réfugiés dans la partie anti-sismique de l'établissement, rapporte la radio Rai 1. Mais elle n'était pas prévue pour résister aux avalanches. 

Après l'avalanche, les secours ont été prévenus rapidement mercredi soir par deux personnes qui séjournaient à l'hôtel, sauvées parce qu'elles se trouvaient à l'extérieur et s'étaient réfugiées dans leur voiture. Des moyens très importants ont été mobilisés mais l'arrivée des secours a été chaotique, comme le rapporte la presse italienne ce jeudi.

Conditions chaotiques

Les secours alpins ont dû se rendre sur place avec des skis, car les routes menant à l'hôtel étaient bloquées par la neige, qui atteint par endroit 2 à 3 mètres. Les premières équipes ont atteint l'hôtel vers 4h30 du matin, suivies par de nombreux véhicules qui sont restés bloqués 8 kilomètres plus loin, et aidés par la suite d'un hélicoptère. Les secouristes sont entrés dans l'établissement en cours de matinée, à la recherche de survivants, et ont extrait le corps sans vie de deux personnes. Les véhicules motorisés, eux, ont pu atteindre la zone de l'hôtel à la mi-journée, ce jeudi, pour commencer à creuser la neige.

La protection civile italienne, les pompiers et l'armée sont notamment mobilisés, mais dans le pays, la polémique enfle au fil des heures, relayée notamment par des politiques et les maires de petites communes touchées par les intempéries et isolées. 

"Nous sommes pris dans une sorte de tenaille sans précédent avec des chutes de neige comme on n'en avait plus vu depuis des décennies et avec les secousses sismiques d'hier", a déclaré le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, en visitant le centre opérationnel de la Protection civile à Rieti.

90.000 personnes sans électricité dans les Abruzzes

"Des milliers d'opérateurs interviennent dans des conditions extrêmes, en mettant leur propre vie en jeu pour essayer de porter secours et assistance aux habitants. Depuis le 24 août et jusqu'à aujourd'hui, personne n'a économisé son énergie pour affronter les problèmes et trouver des solutions", a réagi le chef de la protection civile, Fabrizio Curcio, qui dénonce ces critiques.

Le 24 août, puis à nouveau en octobre, le centre de l'Italie avait été frappé par des tremblements de terre meurtriers. Le premier a notamment réduit en miettes la ville d'Amatrice, aujourd'hui recouverte par la neige. Il a fait près de 300 morts et environ 400 blessés. 

Des animaux pris au piège

"Ceux qui veulent soulever des polémiques sur d'hypothétiques retards en lançant des accusations n'ont pas compris comment fonctionne le système national de protection civile", s'est aussi emporté Fabrizio Curcio.

Comme le précise Rai News, 90.000 personnes sont privées d'électricité dans les Abruzzes, depuis quatre jours dans certains cas. Deux mille personnes ont aussi passé la nuit dans des centres d'accueil. De très nombreux animaux ont dû être secourus, certains éleveurs ayant signalé des bêtes mortes de froid, d'autres coincées dans la neige à cause des dégâts entraînés par les secousses sur leurs abris habituels. 

Charlie Vandekerkhove