BFMTV

Infographie: la France dans le peloton de tête de la surpopulation carcérale

La France est l'un des pays européens où la surpopulation carcérale est la plus marquée.

La France est l'un des pays européens où la surpopulation carcérale est la plus marquée. - DN. - CartoDB

Quels pays européens parviennent à gérer le mieux leurs capacités carcérales? Pas la France, comme le montrent les statistiques annuelles du Conseil européen.

Avec un taux d'occupation de presque 114% de ses prisons, la France est mal placée pour donner des leçons à ses voisins en matière de surpopulation carcérale. Il n'y a guère que la Macédoine (136%) et la Grèce (119%) qui font pire, comme le montrent les statistiques annuelles du Conseil européen représentées sous la forme d'une carte, ci-dessous.

>> Carte du taux d'occupation des prisons européennes 2015-2016

Les pays les plus foncés sont ceux qui présentent le plus fort pourcentage d'occupation.

Les pays non coloriés sont ceux pour lesquels les données n'étaient pas disponibles.

Le 1er juillet, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint un nouveau record avec 69.375 personnes incarcérées pour 58.311 places, selon les chiffres de la contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL). Des chiffres proches de ceux donnés ci-dessus par le Conseil européen.

Les pays d'Europe occidentale ont le plus de prisonniers

En Europe occidentale, c'est le Royaume-Uni qui détient avec 95.248 prisonniers le record de la population carcérale comme le rappelle le journal The Guardian. Seules la Turquie et la Russie avec respectivement plus de 158.000 et 671.000 détenus ont des chiffres plus haut. La France puis l'Allemagne avec une population carcérale de plus 66.000 (chiffres Conseil européen) et presque 62.000. 

La surpopulation carcérale, si elle est en baisse dans de nombreux pays, explique le Conseil européen, reste un problème dans un quart des administrations pénitentiaires. Pour la CGLPL Adeline Hazan, la solution ne consiste pas à créer de nouvelles places. 

"Je pense que plus on construira de places de prison, plus elles seront occupées et que ça n'est pas une bonne solution, cette inflation carcérale d'année en année ou de décennie ou décennie", a-t-elle déclaré sur France Inter. "L'Histoire a montré que plus on construisait de places, plus elles étaient remplies." 

Selon la contrôleure des prisons, la surpopulation carcérale est responsable de "violences entre détenus, et détenus et surveillants", et est le "terreau d'une forme de radicalisation des esprits au sens large" et ne permet pas le respect du droit au maintien des liens familiaux, du droit au travail ou à la santé.

Le Premier ministre Manuel Valls a promis lundi "un plan spécifique concret, précis et financé" sur le parc pénitentiaire, lors d'une visite à la maison d'arrêt de Nîmes, qui détient le record français de surpopulation carcérale.

David Namias