BFMTV

La maire de Barcelone bientôt réélue grâce au soutien de Manuel Valls

Manuel Valls - Image d'illustration

Manuel Valls - Image d'illustration - AFP

Battu largement lors du scrutin municipal, l'ancien Premier ministre joue cependant les faiseurs de roi. Grâce à son soutien, la maire de Barcelone, Ada Colau, devrait être réélue à la tête de la ville.

L'élection municipale à Barcelone a un final inattendu. La maire de gauche de Barcelone Ada Colau -soutenue par Podemos- devrait être réélue ce samedi. Une élection du fait du soutien soutien des socialistes et de l'ancien Premier ministre français Manuel Valls, soutenu lors de la campagne électorale par le mouvement de centre droite Ciudadanos. 

Pourtant, lors de l'élection, c'est l'indépendantiste Ernest Maragall qui avait devancé Ada Colau de 5.000 voix. Mais tous deux avaient obtenu le même nombre d'élus - 10 - au conseil municipal qui en compte 41. Avec lui, les indépendantistes pensaient pouvoir gouverner la métropole catalane pour la première fois depuis les années 1930, alors qu'ils gouvernent déjà la région.

Mais Manuel Valls, arrivé quatrième du scrutin, a changé la donne en proposant de soutenir "sans contreparties" son ex-rivale Colau. Objectif affiché de l'ancien Premier ministre: faire barrage à l'indépendantisme. Quitte à soutenir une personnalité politique avec laquelle il a bien des sujets de divergences.

Des désaccords nombreux

Ce vote a été validé également du côté des militants du parti d'Ada Colau, qui ont décidé vendredi à 71% de soutenir une coalition avec les socialistes permettant à la maire sortante de rester à la tête de la deuxième ville d'Espagne.

Pendant la campagne, Manuel Valls s'était pourtant montré agressif envers la maire sortante, qualifiant notamment de "désastre" sa politique en matière de sécurité ou de logement. Mais Ada Colau a assuré vendredi n'avoir pas "parlé ni négocié" avec Valls, et a souligné qu'ils "ne partagent pas le même modèle de ville".

L'élection a lieu samedi et Colau devrait pouvoir compter sur les 21 élus nécessaires pour avoir la majorité absolue: 10 de sa formation, huit socialistes et au moins trois de la coalition de Manuel Valls.

dossier :

Manuel Valls

Ivan Valerio, avec AFP