BFMTV

Catalogne: le parquet espagnol convoque et menace d'arrestation les maires pro-référendum

Carles Puigdemont, président indépendantiste de la Catalogne

Carles Puigdemont, président indépendantiste de la Catalogne - LLUIS GENE/AFP

Le parquet général d'Espagne a ordonné aux procureurs de Catalogne de citer à comparaître les maires de la région prêts à organiser le référendum sur l'indépendance, qui aura lieu le 1er octobre. Quitte à les faire arrêter s'ils ne se présentent pas.

En juin dernier, Carles Puigdemont, le président indépendantiste de la Catalogne, annonçait la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la Catalogne le 1er octobre prochain. 

Le parquet général d'Espagne a ordonné ce mercredi aux procureurs de Catalogne qu'ils citent à comparaître, les maires de la région prêts à organiser le référendum d'autodétermination illégal du 1er octobre, quitte à les faire arrêter s'ils ne se présentent pas.

Empêcher le référendum d'autodétermination

Il ordonne également aux procureurs de "citer à comparaître en tant que mis en examen" les centaines de maires qui se sont déclarés prêts à organiser la consultation, dans un texte. Au cas où un maire ne répondrait pas, le parquet demande "d'ordonner son arrestation" pour qu'il comparaisse.

Le parquet de Catalogne avait ordonné ce mardi à tous les corps de police de cette région espagnole d'empêcher le référendum d'autodétermination convoqué par le gouvernement régional indépendantiste et interdit par la justice.

"Agir contre les autorités, fonctionnaires ou particuliers"

Dans un document diffusé ce mardi matin, le parquet s'adresse à "toutes les unités de police", la Garde civile, la police nationale et les Mossos d'Esquadra, dépendant du gouvernement catalan, et leur ordonne d'agir contre les autorités, fonctionnaires ou particuliers "afin d'éviter la commission de délits".

"Les fonctionnaires de police (...) adopteront directement les mesures nécessaires pour saisir les moyens ou instruments destinés à préparer ou organiser le référendum illégal", peut-on lire à propos du scrutin prévu le 1er octobre, notamment la saisie des "urnes, enveloppes électorales, manuels d'instructions pour les assesseurs des bureaux de vote, formulaires électoraux, propagande électorale, éléments informatiques, ainsi que tout autre matériel de diffusion, promotion ou exécution du référendum illégal".

Le gouvernement régional présidé par le séparatiste Carles Puigdemont a convoqué le 6 septembre un référendum d'autodétermination et se montre déterminé à l'organiser en dépit de son interdiction par la Cour constitutionnelle et l'opposition du gouvernement central de Mariano Rajoy.