BFMTV

Covid-19: quelle est la situation sanitaire en Espagne et au Portugal?

Des jeunes gens en train de jouer au beach volley sur une plage de Sitges, près de Barcelone.

Des jeunes gens en train de jouer au beach volley sur une plage de Sitges, près de Barcelone. - Flickr - CC Commons - Mike McBey

Le gouvernement recommande désormais aux Français d'"éviter l'Espagne et le Portugal" pour les vacances d'été, la situation sanitaire se dégradant à vue d'oeil en raison du variant Delta. Mais quelle est précisément la situation dans la péninsule ibérique?

Face à la propagation rapide du variant Delta du Covid-19, le gouvernement français a conseillé jeudi à ses ressortissants "d'éviter l'Espagne et le Portugal" cet été, sans pour autant interdire ces destinations. "Ceux qui n'ont pas encore réservé leurs vacances, évitez l'Espagne, le Portugal dans vos destinations, c'est un conseil de prudence", a déclaré Clément Beaune.

"C'est une recommandation sur laquelle j'insiste, il vaut mieux rester en France ou aller dans d'autres pays (...), on a une situation qui est particulièrement préoccupante", a ajouté le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, tout en soulignant que ces destinations restaient autorisées.

Ces propos, tenus au début des vacances d'été, ont suscité des interrogations et réserves, d'autant que l'Espagne et le Portugal sont des destinations prisées par les Français. Quelle est exactement la situation sanitaire dans ces deux pays?

En Espagne, une progression disparate selon les régions

À l'échelle nationale, le taux d'incidence est encore bas en Espagne. Avec 17.384 nouveaux cas recensés en 24 heures, il n'était que de 190 cas pour 100.000 habitants mercredi, celui-ci progresse relativement vite. Les médias espagnols, comme El Pais ce jeudi, rapportent que la situation évolue de manière très disparate sur le territoire.

Le variant Delta, à l'échelle du pays, ne représente pour l'instant que 11% des échantillons analysés. Mais les experts s'accordent à dire que la circulation réelle de cette variante est plus proche des 32% des cas. Par ailleurs en Catalogne, à Madrid, à Valence ou en Navarre, le variant est déjà majoritaire.

Avec 31.000 nouveaux cas recensés la semaine dernière, le taux d'incidence s'élève désormais à 380 cas pour 100.000 habitants en Catalogne. Cet indicateur a été multiplié par huit en quinze jours, et il a quintuplé en seulement une semaine. Le taux de reproduction du virus (R), à 3.3, a même atteint des niveaux jamais vus depuis le début de la pandémie.

Et avec l'arrivée de l'été et des vacances, les fêtes étudiantes dans les bars, les discothèques et les appartements se multiplient, alors même que le port du masque n'est plus obligatoire en plein air. Conséquence inéluctable, le nombre de contaminations est devenu incontrôlable depuis une dizaine de jours chez les jeunes. Mardi, l'incidence était ainsi de 717 cas pour 100.000 personnes sur 14 jours chez les 20-29 ans, soit plus du triple de l'incidence moyenne pour l'ensemble de la population. Et à Barcelone, le taux d'incidence s'élève même à 2000 cas pour 100.000 habitants chez les 16-29 ans.

"La plus grande partie de ces cas ne débouchent pas sur des hospitalisations, parce qu'ils sont généralement moins graves", précise toutefois à l'AFP le Dr. Fernando García, porte-parole de l'Association madrilène de santé publique. "Mais ils contribuent à la propagation du virus s'ils ne sont pas enrayés à temps", ajoute-t-il.

C'est pour freiner cette augmentation des cas de Covid-19 chez les jeunes, qualifiée d'"exponentielle", que la Catalogne a annoncé mardi que les bars et discothèques devraient fermer pour au moins 15 jours à partir du week-end prochain. La Cantabrie avait pris une mesure similaire dans 16 municipalités la semaine dernière, la Navarre a avancé de 3 heures à 1 heure du matin la fermeture des bars et discothèques, et l'Aragon a également pris des restrictions mercredi.

La vaccination des jeunes à peine entamée

À la différence d'autres pays européens, qui ont ouvert il y a plusieurs semaines la vaccination aux jeunes adultes et aux adolescents, l'Espagne applique un système assez rigide, qui a débuté cet hiver avec les personnes âgées de plus de 80 ans et est arrivé progressivement à la tranche des 30-39 ans. Le pourcentage des 20-29 ans ayant reçu au moins une dose d'un vaccin n'est que de 13,8%, alors qu'il est de 56,3% pour l'ensemble de la population, selon des chiffres officiels. À l'échelle nationale, 51.8% de la population avait reçu une dose de vaccin lundi, et 34.3% étaient complètement vaccinées.

Ainsi, plusieurs régions comme Castille-la Manche ou le Pays basque ont décidé cette semaine d'accélérer l'ouverture de la vaccination aux jeunes entre 16 et 29 ans. Le gouvernement régional de Madrid a brusqué les choses et décidé que les jeunes de 16 ans et plus pourraient prendre un rendez-vous pour se faire vacciner dès le début de la semaine prochaine.

Au Portugal, le variant Delta représente 90% des cas

Le Portugal est également confronté à une recrudescence de l'épidémie de coronavirus due au variant Delta. Ce jeudi, le ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva a lui même reconnu que "les inquiétudes d'un État ami comme la France" étaient "compréhensibles", admettant que la situation sanitaire de son pays s'était "aggravée".

Le 1er juillet dernier, les autorités ont même décidé de rétablir un couvre-feu nocturne dans 45 communes dont Lisbonne, constatant la semaine dernière que "la situation s'était à nouveau détériorée", selon les mots de la ministre de la Présidence Mariana Vieira da Silva. "Les conditions ne sont pas remplies pour dire que la pandémie est sous contrôle", a-t-elle ajouté.

Mercredi dernier, le Portugal a franchi la barre des 2000 cas en 24 heures, selon le bilan des autorités sanitaires: le plus haut niveau enregistré depuis la mi-février, quand le pays de 10 millions d'habitants était sous confinement général. Et entre mercredi et jeudi, 3249 nouveaux cas ont été identifiés au Portugal, portant le taux d'incidence à 247.3 cas pour 100.000 habitants. Le taux de reproduction du virus (R0), lui, s'établit à 1.20, et la ministre de la présidence a mis en garde contre le nombre de cas moyen quotidien, expliquant qu'il avait augmenté de 54% au cours de la semaine dernière.

Le variant Delta est désormais prédominant dans le pays et il représente plus de 90% des nouveaux cas enregistrés chaque jour, selon les données du dernier rapport de l’Institut national de santé publique (Insa) publié mardi.

Les médias portugais décomptent, ce jeudi, 599 personnes hospitalisées dans le pays en raison du Covid-19, soit quatre de moins que la veille. 136 personnes se trouvaient par ailleurs en réanimation, six de plus que mercredi.

Comme les pays du reste de l'Europe, le Portugal tente désormais d'augmenter sa cadence de vaccination. Selon les autorités sanitaires, plus de la moitié de la population (57.2%) avait reçu une première injection de vaccin et un tiers de la population (37.8%) était complètement vaccinée mercredi, contre 39% de la population en France ce jeudi.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV