BFMTV

Burkini: des manifestations à Londres et Berlin pour protester contre les arrêtés

Des manifestantes rassemblées devant l'ambassade de France à Londres, jeudi 25 juillet 2016

Des manifestantes rassemblées devant l'ambassade de France à Londres, jeudi 25 juillet 2016 - BFMTV

Il n'y a pas qu'en France que les arrêtés anti-burkini font débat. Les photos d'une femme musulmane verbalisée par la police française sur une plage de Nice ont fait réagir nos voisins européens et des manifestations ont été organisées à Londres et Berlin pour protester contre ces décrets.

Le débat sur le burkini est suivi à l'étranger avec un mélange d'incompréhension et de consternation, surtout depuis la publication mardi de photos du contrôle, par quatre policiers municipaux, d'une femme musulmane voilée sur une plage de Nice. A Londres, une cinquantaine de personnes, essentiellement des femmes, se sont rassemblées jeudi devant l'ambassade de France pour témoigner leur solidarité et protester contre les arrêtés anti-burkini.

"Ce n’est jamais juste de dire à une femme ce qu’elle doit porter ou enlever comme vêtements. Nous voulons montrer notre solidarité avec les musulmanes de France et nous appelons à l’abrogation de l’interdiction", explique India Thorogood, co-organisatrice du rassemblement.

Habillées en burkini, en soutane ou encore en bikini, on pouvait lire sur leurs pancartes des messages tels que "l'interdiction du burkini est raciste" ou encore "l'islamophobie n'est pas la liberté". Une position soutenue par le Premier ministre anglais, Sadiq Khan. "Personne ne doit dicter aux femmes ce qu'elles doivent ou ne doivent pas porter", a-t-il déclaré lors de sa visite à Paris jeudi aux côtés de Anne Hidalgo.

Même sentiment de révolte à Berlin

A Berlin, une manifestation s'est également tenue jeudi après-midi, à proximité de la Porte de Brandebourg. Une soixantaine de manifestantes étaient présentes. A l’origine de leur colère, tout comme à Londres, les arrêtés anti-burkini pris par certaines villes françaises. Et le message est clair: elles appellent à la tolérance et au respect de tous les cultes.

"Ma tenue est ma décision et ma foi est ma décision. Cela doit être une liberté complète. Nous ne devons opprimer personne. Nous devons vivre dans un monde 100% libre", explique une manifestante.

Alors que la polémique enfle en France comme à l'étranger, le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative française, a commencé jeudi à examiner la légalité des arrêtés anti-burkini. La décision sera rendue ce vendredi à 15h.

H. B. S. avec Anne-Sophie Warmont